Watchtower Comics

Les comics et leur univers,
avec vous depuis 2006

Vous n'êtes pas connecté(e)
sur le site.

/ Inscription
Newsletter

uTipSoutenez-nous sur uTip !

Derniers films

Thor love and thunder
Dr Strange in the multiverse of madness
The Batman
Spider-Man 3 : No way home
Les Eternels
Shang-Chi et la légende des dix anneaux

Catégories

X-Men : Retour sur le numéro 43 de la collection Hachette

X-Men : La collection mutante

 

X-Men : La collection mutante, est une collection éditée par Hachette. Retour sur son numéro 43, disponible en kiosque : Days of future past.

 

Il y a deux semaines, nous retrouvions en kiosque le quarante deuxième numéro de la collection Hachette intitulée X-Men la collection mutante : Actes de vengeance, par Chris Claremont, Jim Lee et Marc Silvestri.

Cette semaine, c’est au tour du numéro 43 de la collection d’être disponible, mettant en scène les X-Men : Days of future past, par Chris Claremont, John Byrne et John Romita Jr. Il est vendu au prix de 12.99€.

 

Nous vous recommandons une fois de plus de discuter avec votre libraire qui pourra vous mettre votre exemplaire de côté tous les quinze jours, ce qui assure également que la collection sera suivie dans son point de vente.

 

X-Men : La collection mutante : Days of future past

X-Men : La collection mutante : Days of future past

 

Uncanny X-Men #138Chris Claremont, John Byrne / John Byrne / Terry Austin10/1980
Uncanny X-Men #139Chris Claremont, John Byrne / John Byrne / Terry Austin11/1980
Uncanny X-Men #140Chris Claremont, John Byrne / John Byrne / Terry Austin12/1980
Uncanny X-Men #141Chris Claremont, John Byrne / John Byrne / Terry Austin01/1981
Uncanny X-Men #142Chris Claremont, John Byrne / John Byrne / Terry Austin02/1981
Uncanny X-Men #143Chris Claremont, John Byrne / John Byrne / Terry Austin03/1981
Uncanny X-Men Annual #4Chris Claremont / John Romita Jr. / Bob McLeod1980

 

Du côté de l’édition, c’est toujours le même type d’album depuis le début de la collection en ce qui concerne le format et le papier. Côté impression, malgré l’âge respectable du contenu il n’y a aucun souci de rendu sur les dessins. Par contre côté traduction, il ne semble pas y avoir de révision donc nous avons droit à une traduction très caractéristique de la personne qui officie et avec des fautes en prime, ce qui est dommage.

Concernant le numéro sur le dos de l’album, il s’agit du 6.

 

X-Men : La collection mutante : Days of future past



Comme pour tous les tomes précédents, nous commençons la lecture de l’album par une introduction signée par le community manager de Panini Comics. Dans ce numéro, il nous parle de l’importance de ces épisodes aussi bien en tant qu’histoires mais aussi sur le plan graphique avec des couvertures iconiques qui ont été reprises par la suite.

Ce tome s’ouvre par un épisode assez particulier : il s’agit de l’enterrement de Jean Grey, suite à sa mort tragique concluant la Saga du Phénix noir. L’épisode est intéressant à plus d’un titre : nous pouvons en effet voir Scott Summers se livrer en pensée comme il l’a rarement fait et nous communiquer ainsi son ressenti sur sa vie au sein des X-Men, mais il s’agit également d’un excellent point d’entrée pour l’univers des X-Men. Qu’il s’agisse du premier épisode lu par le lecteur ou au contraire d’un épisode lu après avoir pris le train en marche (à l’occasion de la saga de Proteus par exemple… sifflote…) il y a ici toute l’histoire des X-Men condensée de façon très efficace par Chris Claremont permettant de mieux appréhender l’univers des X-Men.

C’est aussi un épisode charnière pour les X-Men, car son dernier membre historique quitte l’équipe à cette occasion (on ne comptera pas Angel, qui est certes là le temps de quelques épisodes mais ce n’est pas le même degré d’implication que Cyclope). Cela ouvrira la porte à pas mal de choses par la suite, notamment la montée en puissance de Tornade qui finira des années plus tard par prendre la place de Cyclope comme chef de l’équipe. L’épisode est en tout cas particulièrement touchant, on ressent vraiment le chagrin de Cyclope au-delà de son habituelle réserve.

Côté dessin, John Byrne officie avec son efficacité coutumière y compris pour représenter la période « Anciens X-Men » du groupe pour laquelle il a opté pour un style intemporel qui permet tout autant à cette partie des flashbacks d’avoir vraiment eu lieu dans les années 1960 que plus récemment pour tenir compte de la fameuse chronologie élastique de Marvel.

 

X-Men : La collection mutante : Days of future past

 

Changement d’ambiance ensuite, avec un annual de la série où les X-Men se retrouvent confrontés à un mystérieux adversaire qui semble en vouloir particulièrement à Diablo. Publié pour la première fois dans l’album Descente aux enfers édité par Lug, l’épisode mise sur un contexte mystique qui tranche radicalement avec les épisodes précédents qui étaient beaucoup plus orientés vers la science-fiction. Chris Claremont a en effet fait preuve d’eccletisme dans son run sur les X-Men, ce qui agaçait pas mal John Byrne comme il le confiait sur son site.

Donc il y a une ambiance tout à fait surnaturelle pour cette histoire confrontant les X-Men à des adversaires qui sortent radicalement de leur zone de confort, et un dénouement pour le moins inattendu mais pour tout dire un peu facile.

Le graphisme est cette fois assuré par John Romita Jr et Bob McLeod, bien avant le passage très remarqué du premier sur le titre. Cela donne des planches joliment dessinées, où on ne retrouve pas encore la puissance de son futur style plus affirmé mais l’ambiance est vraiment très bien restituée.

 

X-Men : La collection mutante : Days of future past

 

Retour ensuite à un cadre plus familier pour les X-Men, même si on retrouve un rien de surnaturel dans cette aventure qui met en avant le plus mystérieux de leurs membres : Wolverine. Le mutant canadien, en compagnie de son compère Diablo, effectue un retour au pays pour régler ses comptes avec James McDonald Hudson suite aux tentatives de ce dernier pour le capturer. On en apprend davantage sur le mystérieux personnage (pas son prénom, car contrairement à Diablo le lecteur attentif le connait depuis la rencontre entre Wolverine et Mariko) et ses relations tendues avec James McDonald Hudson.

Mais on parlait de surnaturel et il se manifeste ici sous la forme de Wendigo, créature en laquelle se transforment les personnes se livrant au cannibalisme. C’est l’occasion de voir combattre côte à côte Wolverine, Diablo et une partie de la Division Alpha (l’autre partie de l’équipe combattait Machine Man, et cet épisode n’est pas du tout inédit en VF vu que nous avons chroniqué l’album où il figure il y a cinq ans), et même de découvrir le X-Man sous un jour moins brutal qu’à l’accoutumée lorsqu’il n’est pas en train de tabasser Wendigo.

L’épisode a un côté effrayant assez marqué, avec une créature très puissante qui dévore ses proies (on ne voit rien mais les textes sont éloquents). Les combats sont empreints d’une sauvagerie certaine, et avaient d’ailleurs été charcutés lors de leur parution initiale chez Lug. Ce diptyque est passionnant, offrant une parenthèse bienvenue dans les aventures des X-Men et servant même de « backdoor pilot » à la série Alpha Flight vu que sa conclusion pose les bases de ce que sera la série.

Côté dessin, John Byrne est en grande forme, proposant des scènes d’action remarquablement efficaces et mettant très bien image sa fameuse équipe de super-héros canadiens.

 

X-Men : La collection mutante : Days of future past

 

Puis on retrouve toute l’équipe dans la saga qui a donné son nom à l’album : Days of future past. Nous découvrons ici un futur particulièrement sombre, où les mutants ont été massacrés par les Sentinelles ainsi que les surhumains qui n’en étaient pas (pas de jaloux, on zigouille tout le monde) suite à la promulgation de lois totalitaires. Chris Claremont retrouve ainsi une thématique qui lui est chère autour du combat contre l’intolérance, montrant jusqu’où peut aller une société basée sur le rejet de l’autre (un truc à garder en tête par les temps qui courent). On part donc de cette époque tourmentée pour suivre le cheminement de Kate Pryde qui traverse le temps pour habiter le corps de son alter ego plus jeune, contrairement au film où c’était l’omniprésent Wolverine qui se livrait à l’exercice.

Comme le faisait remarquer Aurélien Vives dans son introduction, il est remarquable qu’une saga telle que Days of future past tienne en deux épisodes. En effet, vu tout ce qui s’y produit, de nos jours ça vaudrait bien un event sur six mois ! 😉 L‘arc est très dense, mais remarquablement bien construit en montrant la détermination des X-Men à accomplir leur mission, qu’il s’agisse de Kate qui a traversé le temps sans aucune garantie que cela fonctionne ou du combat désespéré de ses amis restés dans le futur. C’est une histoire dure, captivante mais dure et son dénouement ouvre des perspectives qui ne sont gère réjouissantes.

John Byrne signe comme à son habitude des planches remarquablement bien dessinées, qu’il s’agisse du futur ou du temps présent. La scène où Kate passe devant le cimetière où reposent les autres héros est à la fois simple et d’une efficacité narrative impressionnante.

 

X-Men : La collection mutante : Days of future past

 

Pour terminer ce tome, place à une aventure de Kitty Pryde qui se retrouve toute seule dans la demeure des X-Men et affronte une créature effrayante et redoutable. Pour la petite histoire, bien que référencée dans pas mal de dialogues cette histoire avait été zappée par Lug et quand on a lit on devine pourquoi vu que cette fois Chris Claremont a été faire un petit tour du côté du film d’épouvante avec un monstre repoussant qui massacre tout ce qu’il croise et pourchasse notre héroïne à travers tout le manoir (encore que le film Alien soit aussi une influence assumée de l’épisode).

Mettant en scène un personnage que nous apprenons encore à connaître, l’épisode est passionnant et redoutablement efficace pour faire sursauter le lecteur avec ses multiples rebondissements. Kitty fait preuve d’un grand courage et d’une impressionnante débrouillardise pour faire face à son ennemi, et l’auteur joue avec nos nerfs sur la fin de l’épisode ! A noter par contre une légère incohérence dans le comportement de Wolverine par rapport à son discours dans l’arc sur Wendigo vu qu’il s’énerve un peu trop facilement au début du récit.

Côté dessin, John Byrne est toujours en grande forme et le côté effrayant de l’intrigue est parfaitement rendu dans ses planches.

 

X-Men : La collection mutante : Days of future past

 

Côté bonus, nous avons droit à une galerie de couvertures, des planches encrées non colorisées (malheureusement assez petites, quatre sur une même page) et une compilation de textes de 1998 de Chris Claremont, Louise Simonson et Bob Harras.

 

On met le cap vers les années 1990 avec le prochain numéro, avec une saga qui a eu des répercussions sur l’univers mutant pendant pas mal de temps : Attractions fatales. Rendez-vous dans quinze jours !

 

X-Men : La collection mutante : Attractions fatales

 

Retrouvez nos chroniques sur les tomes précédents de X-Men : La collection mutante :

 

 

Hachette : X-Men la collection mutanteHachette : X-Men la collection mutanteHachette : X-Men la collection mutanteHachette : X-Men la collection mutante
01 : Genèse mutante02 : Le Phénix noir03 : Les Guerres d’Asgard04 : Le massacre mutant [1/2]

Hachette : X-Men la collection mutanteHachette : X-Men la collection mutanteHachette : X-Men la collection mutanteHachette : X-Men la collection mutante
05 : Le massacre mutant [2/2]06 : E comme extinction07 : Seconde genèse08 : Le don

X-Men la collection mutanteX-Men la collection mutanteX-Men la collection mutanteX-Men la collection mutante
09 : Mort apparente10 : Inferno 1ère partie11 : Inferno 2ème partie12 : Inferno 3ème partie

Hachette X-Men la collection mutante 13 : Ennemi publicX-Men la collection mutante Hachette 14 ImpérialX-Men la collection mutante Hachette 15 Le mariage de Cyclope et PhénixX-Men la collection mutante Hachette 16 Surdoués
13 : Ennemi public14 : Impérial15 : Le mariage de Cyclope
et Phénix
16 : Surdoués

Hachette : X-Men la collection mutanteHachette : X-Men la collection mutanteHachette : X-Men la collection mutanteHachette : X-Men la collection mutante
17 : Les revenants18 : Opération Tolérance
Zéro 1ère partie
19 : Opération Tolérance
Zéro 2ème partie
20 : Magnéto triomphant !

Hachette : X-Men la collection mutanteHachette : X-Men la collection mutanteHachette : X-Men la collection mutanteHachette : X-Men la collection mutante
21 : Les quatre cavaliers22 : Dangereux23 : Les douze24 : Les ères d’Apocalypse

Hachette : X-Men la collection mutanteHachette : X-Men la collection mutanteHachette : X-Men la collection mutanteHachette : X-Men la collection mutante
25 : Magie26 : Arme XII27 : Sur la piste de Xavier28 : On recherche Wolverine

Hachette : X-Men la collection mutanteHachette : X-Men la collection mutanteHachette : X-Men la collection mutanteHachette : X-Men la collection mutante
29 : Renouveau30 : Déchirée31 : Bienvenue à Genosha32 : Un vent de révolte

Hachette : X-Men la collection mutanteHachette : X-Men la collection mutanteHachette : X-Men la collection mutanteHachette : X-Men la collection mutante
33 : La quête de Légion34 : L’ère d’Apocalypse
1ère partie
35 : L’ère d’Apocalypse
2ème partie
36 : L’ère d’Apocalypse
3ème partie

Hachette : X-Men la collection mutanteHachette : X-Men la collection mutanteHachette : X-Men la collection mutanteHachette : X-Men la collection mutante
37 : L’ère d’Apocalypse
4ème partie
38 : L’ère d’Apocalypse
5ème partie
39 : Foudre cosmique40 : House of M

Hachette : X-Men la collection mutanteHachette : X-Men la collection mutante
41 : La saga de l’Ile de Muir42 : Actes de vengeance



uTip Cet article vous a plu ? Vous appréciez notre travail et vous voulez nous soutenir ?
Watchtower Comics est un site indépendant, qui vous offre depuis 2006 des contenus quotidiens sans publicité.
Si vous le souhaitez, vous pouvez nous aider à poursuivre notre activité en faisant un don sur notre page uTip !

mdata

Franck – Fondateur et rédacteur en chef de Watchtower Comics. Tombé dans la marmite des comics quand il était petit, et n’a aucune intention d’en sortir. Lecteur éclectique : Marvel, DC, indé… Kryptonite : Les figurines de Baby Groot

11 pensées sur “X-Men : Retour sur le numéro 43 de la collection Hachette

  1. L’épisode type « Kitty vs Demon » marque surtout la fin de Byrne chez les X-Men pour un certain temps.
    C’est vraiment la fin d’une époque.
    Et presque un retour vers le passé avec le retour de Dave Cockrum.

  2. Bon et bien ça s’annonce bien encore comme album. Il semblerait que ça ne colle pas trop au niveau de la tranche : en effet, on voit un X sous le 6 qu’on n’a pas d’habitude…

    1. L’angle de vue n’est pas heureux, le livre est un peu ouvert et on distingue les couvertures mais une fois refermé pas de X sur le dos (pas la tranche ;)).

      En effet, j’ai beau bien connaitre la plupart des épisodes (sauf l’annual, ma mère était totalement réfractaire à l’idée qu’on achète un album appelé Descente aux enfers) je me suis éclaté à la relecture. 🙂

  3. Lol, oui si ça se trouve il est sur tous et n’apparait que sur ta photo (je n’en ai pas sous la main pour vérifier 🙂 ).

  4. Semaine prochaine, FATAL ATTRACTION…
    Je me demande comment ils vont chacuter ça, encore !
    Tous les TPB dessus contiennent 12 numéros. Même si certains ne sont pas indispensables sur le court terme (UXM 315 et XMUnlimited 02) ça en laisse 10 importants pour l’histoire.
    On peut supposer que ce qui mène à l’arc sera zappé (UXM 298-300).
    MAIS ils ne peuvent décemment pas mettre les 6 parties officielles (XFact 92, XFo 25, UXM 304, XM 25, Wolv 75 et Exc 71) sans mettre le déclencheur (UXM 303).
    DU COUP, en retirant les UXM 298-300, on perd la continuité avec l’arc précédent X-CUTIONER’S SONG, CENSÉ faire 14 numéros (ici répartis sur 2 albums):
    UXM 294-297, XFact 84-86, XM 14-16, XForc 16-18 et le one-shot Stryfe’s Strike File (je sens bien qu’il va passer à la trape, lui).

  5. C’est vrai qu’on va avoir une collection très tranchée : 1 à 40 avec quasiment tout puis des extraits entre 41-80. Il est néanmoins dur d’être exhaustif vu la multiplication des séries.
    On dit que les années 90 c’est l’époque des dessinateurs stars (Lee, Liefield, etc) au détriment des scénarios. Alors oui, mais pire, je trouve que les dessins sont illisibles et je ne comprends quasiment rien à ce qu’il se passe. Voila, c’est dit :).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ca peut vous intéresser... x