Watchtower Comics

Les comics et leur univers,
avec vous depuis 2006

Vous n'êtes pas connecté(e)
sur le site.

/ Inscription
Newsletter

Tipee
Soutenez-nous sur Tipeee !

Derniers films

Thunder Force
Wonder Woman 1984
Zack Snyder's Justice League

Les Nouveaux Mutants / New Mutants
Mystery Men

Catégories

X-Men : Retour sur le numéro 17 de la collection Hachette

X-Men : La collection mutante

 

X-Men : La collection mutante, est une collection éditée par Hachette. Retour sur son numéro 17, disponible en kiosque : Les revenants.

 

Il y a deux semaines, nous retrouvions en kiosque le seizième numéro de la collection Hachette intitulée X-Men : La collection mutante : Surdoués, par Joss Whedon et John Cassaday.

Cette semaine, c’est au tour du numéro 17 de la collection d’être disponible, mettant en scène les X-Men : Les revenants, par Chris Claremont, Barry Windsor-Smith, John Romita Jr et June Brigman. Il est vendu au prix de 12.99€.

 

X-Men : La collection mutante 17 : Les revenants

 

X-Men : La collection mutante 17 : Les revenants

 

Pour ce dix-septième numéro, on retrouve le packaging habituel de la collection depuis le second numéro.

Nous vous recommandons une fois de plus de discuter avec votre libraire qui pourra vous mettre votre exemplaire de côté tous les quinze jours, ce qui assure également que la collection sera suivie dans son point de vente.

 

X-Men : La collection mutante 17 : Les revenants

X-Men : La collection mutante 17 : Les revenants

 

 

Du côté de l’édition, c’est toujours le même type d’album depuis le début de la collection en ce qui concerne le format et le papier.

Côté impression, cet album ne souffre d’aucun souci dénaturant les planches (ou alors c’est suffisamment subtil pour avoir échappé à ma vigilance lors de la lecture de l’album).

 

X-Men : La collection mutante 17 : Les revenants

 

Concernant le numéro sur le dos de l’album, il s’agit du 24.

 

X-Men : La collection mutante 17 : Les revenants



 

Comme à l’accoutumée, l’album débute par une introduction signée du community manager de Panini Comics. Dans ce numéro, ce dernier nous parle de l’évolution de l’écriture des X-Men par Chris Claremont. Cette mise en perpective est intéressante, mettant en évidence le travail de l’auteur dans son ensemble.

De façon assez surprenante, la couverture de l’album n’a rien à voir avec son contenu ! Certes, ce sont des X-Men qui y figurent et il s’agit bien d’épisodes de la série Uncanny X-Men, mais cette couverture se réfère au contenu de Uncanny X-Men #201, absent de ce tome qui commence avec le #204. J’avoue ne pas avoir trop compris la logique de ce choix, qui induit le lecteur en erreur sur le contenu de l’album. Peut être sera-t-il au sommaire du numéro 23 de la collection ? (qui devrait donc selon mes calculs contenir aussi Le procès de Magneto et le tie-in à Secret Wars 2).

L’album débute donc avec un épisode consacré à Diablo, particulièrement ébranlé dans ses convictions par sa rencontre avec le Beyonder. En faisant vivre une aventure débridée au X-Man, Chris Claremont rend hommage à sa nature aventurière même si c’est bien plus terre à terre que dans son aventure solo parue dans la collection Un récit complet Marvel. Le graphisme de l’épisode est assuré par June Brigman, qui livre une prestation assez passe-partout et bien inférieure à son travail habituel sur Puissance 4.

On continue avec un épisode mettant en scène Wolverine en solo (avec une guest star justement en lien avec ce qui est écrit au-dessus) et marquant la première apparition de Lady Deathstrike sous sa forme cyborg. L’épisode en lui-même est intéressant, mais ce qui marque particulièrement c’est le travail sur le graphisme assuré par Barry Windsor-Smith. Le style de l’artiste, particulièrement percutant, est d’une efficacité redoutable pour mettre en images la fusion de la chair et de la machine avec une identité graphique immédiatement reconnaissable. Quand j’étais (beaucoup) plus jeune, j’étais effrayé par ce graphisme qui me mettait mal à l’aise, mais également attiré vers lui du fait de la fascination qu’il engendre et maintenant seule cette dernière reste.

 

X-Men : La collection mutante 17 : Les revenants

 

La suite de l’album est plus classique, à la fois du point de vue du scénario et du graphisme. Chris Claremont s’intéresse de près au personnage de Rachel, la fille de versions alternatives de Cyclope et Jean Grey et venue d’un futur possible (celui de Days of future past). C’est l’occasion pour l’auteur de livrer un vibrant plaidoyer contre le meurtre des ennemis des héros, d’autant plus fort quand il sort de la bouche d’un personnage aux méthodes assez brutales.

Ces épisodes marquent aussi le combat des X-Men en compagnie d’alliés inattendus contre le redoutable Nemrod, sentinelle super puissante venue du même coin du futur que Rachel. Ces épisodes sont un peu inégaux, le discours fort étant quelque peu noyé par un Chris Claremont particulièrement bavard. Côté graphisme, la dernière partie de cet ensemble d’épisode est un cran en-dessous du reste : Aux côtés de John Romita Jr, Dan Green est en effet remplacé par P. Craig Russel et sans remettre en cause le talent de l’artiste on peut juste observer que la mayonnaise prend un peu moins que lorsque le duo titulaire du titre officie.

 

X-Men : La collection mutante 17 : Les revenants

 

 

Le sommaire de l’album est complété par des bonus : des recherches sur le costume de Shadowcat par Arthur Adams, des croquis de Barry Windsor-Smith, deux planches  non colorisées et des textes d’époque sur la carrière de John Romita Jr et Dan Green.

 

X-Men : La collection mutante 17 : Les revenants

Un bond en avant dans la chronologie mutante pour le prochain numéro, avec la première partie du crossover de la fin des années 1990 intitulé Opération tolérance zéro. Rendez-vous dans quinze jours !

 

X-Men : La collection mutante 18 : Opération Tolérance zéro 1ère partie

 

Retrouvez nos chroniques sur les tomes précédents de X-Men : La collection mutante :

 

Hachette : X-Men la collection mutanteHachette : X-Men la collection mutanteHachette : X-Men la collection mutanteHachette : X-Men la collection mutante
01 : Genèse mutante02 : Le Phénix noir03 : Les Guerres d’Asgard04 : Le massacre mutant [1/2]

Hachette : X-Men la collection mutanteHachette : X-Men la collection mutanteHachette : X-Men la collection mutanteHachette : X-Men la collection mutante
05 : Le massacre mutant [2/2]06 : E comme extinction07 : Seconde genèse08 : Le don

X-Men la collection mutanteX-Men la collection mutanteX-Men la collection mutanteX-Men la collection mutante
09 : Mort apparente10 : Inferno 1ère partie11 : Inferno 2ème partie12 : Inferno 3ème partie

Hachette X-Men la collection mutante 13 : Ennemi publicX-Men la collection mutante Hachette 14 ImpérialX-Men la collection mutante Hachette 15 Le mariage de Cyclope et PhénixX-Men la collection mutante Hachette 16 Surdoués
13 : Ennemi public14 : Impérial15 : Le mariage de Cyclope et Phénix16 : Surdoués



Cet article vous a plu ? Venez nous soutenir sur notre page Tipeee !

mdata

Franck – Fondateur et rédacteur en chef de Watchtower Comics. Tombé dans la marmite des comics quand il était petit, et n’a aucune intention d’en sortir. Lecteur éclectique : Marvel, DC, indé… Kryptonite : Les figurines de Baby Groot

11 pensées sur “X-Men : Retour sur le numéro 17 de la collection Hachette

  1. Je mets un petit commentaire pour féliciter le travail, j’ai vu sur d’autres forums que c’était la seule revue qui comptait. 🙂

    J’ai hâte de le lire, je découvre Claremont depuis le début de la série et je trouve ça bien, vraiment un voyage dans les années 80 avec les looks de l’époque, c’est vraiment savoureux avec les dessins de Romita Jr qui ont tant évolué depuis… j’essaye de retrouver mon Superman Year One dédicacé d’ailleurs que je n’ai pas lu, je ne sais plus où je l’ai rangé.
    Pour la suite « Opération Tolérance Zéro », y’a quand même une bonne cohérence dans l’enchainement des numéros: Nemrod puis Bastion, ça se répond bien… c’est déjà le cas avec les Maraudeurs introduit tôt dans Massacre Mutant pour comprendre Inferno, le phénix/Jean-Madelyn -> Câble / le mariage de Cyclope et Phénix, tout le cycle de la perte des pouvoirs de Tornade. Etc. Franchement pas mal…
    Au niveau abonnés, ça a pris ses marques, j’ai reçu 14 et 15 semaine dernière, on a 2 à 4 numéros de retard mais ça semble ok. Mes numéros sont en bon état pour l’instant et j’ai reçu le serre livre en bois qui n’est pas trop cheap mais ne servira sans doute à rien (comme le t-shirt, le poster, la plaque métal…y’a que le mug que j’utilise).

    Finalement, pas un si petit commentaire.

    1. Merci beaucoup 🙂

      Effectivement je me suis dit aussi que la suite n’est pas sans rapport avec le contenu de cet album. Je trouve ça assez rigolo pour ma part, OZT c’est le premier 100% Marvel que j’ai acheté puis le premier Maxilivres vu qu’il manquait pas mal de contenu dans les albums.
      C’est super si ça commence à fonctionner à peu près, je connais quelqu’un qui désespère d’avoir un numéro en bon état…

  2. Je crois que c’est le 202 et non le 201…
    Le problème c’est que c’est la couverture du TPB original « Ghosts ». Qui va du 199 au 209 plus le Annual introduisant Longshot. Ils n’ont pas cherché plus loin dans l’adaptation. Une nouvelle preuve du foutage de gueule de Hachette avec cette collection, entre censure et numéros absents bien que importants…
    Merci pour vos articles !

    1. J’ai vérifié sur comicsvf c’est bien le 201.

      Effectivement tout s’explique si c’est la couverture du TPB, même si c’est dommage de ne pas avoir privilégié une couverture d’épisode présent dans le tome.

        1. C’est pas bien grave, de toutes façons 201 ou 202 le résultat est le même : il n’est pas dans ce tome et c’est dommage.
          En plus initialement cet épisode était la porte de sortie de Cyclope telle que voulue par Chris Claremont, car au départ il n’a jamais été question que Madelyne soit autre chose qu’un sosie tout à fait inoffensif de Jean. C’était donc le moment d’offrir à Scott sa retraite du super-héros biz, avec sa femme et son fils (quoique se marier avec le sosie de son amour défunt, on a vu plus sain). Bien entendu, après il y a eu la résurrection de Jean donc il fallait sortir Madelyne du tableau vu que Scott revenait dans le métier (ce qui soit dit en passant en faisait un être humain assez détestable). Etc etc…. au moins on pourra reconnaitre à Chris Claremont le talent d’avoir su rebondir sur les contraintes éditoriales qui démolissaient ses plans !

  3. Après, je trouve que cette couverture claque bien…faudra voir ce qu’ils ont prévu sur la couverture du numéro 23.
    J’ai relu E pour Extinction, est-ce qu’il y a vraiment eu censure parce que il y a bien le bon nombre de pages sur la partie Genosha et ça n’est vraiment pas incohérent et d’une manière générale l’ambiance est bien glauque.
    Au niveau de la législation, si c’est obligatoire, à quel moment on passerait en « Pour lecteurs avertis »? Sachant qu’on n’a pas vraiment besoin d’être censuré sur du X-men (j’ai lu Old man logan, là, c’est vrai, ça castagne pas mal que j’ai planqué le bouquin pour pas que les enfants voit ça:))

    1. C’est vrai que je ne vois pas pourquoi ils ont raccourci le massacre de Genosha (d’autant que ce n’était des images choquantes, mais juste des plans éloignés de la Sentinelle, avec le nombre de mutants vivants, diminuant à l’écran).
      J’en conclus que ce n’était pas forcément de la censure, mais le retrait d’une page pour éviter de séparer les deux parties une double-page, avant ou après. Dans les numéros, c’est géré en fonction des (innombrables) pubs, et dans les TPB US ils le font en mettant une couverture, ou une page avec le logo de la série.

  4. J’ai la page en question dans mon exemplaire. A vérifier s’ils se sont pas ratés dans la 1ere édition (moi, j’ai un peu de retard dans la livraison 🙂 )
    Et oui, y’a fréquemment ce type de page… faut dire qu’avec les pubs et compagnie, il faut bien se caler.

  5. J’ai vu les difficultés de sortie du numéro 18 Opération Tolérance Zéro : je ne l’ai pas vu dans les rayons non plus. Ils ont peut-être un retard de distribution. Bon courage.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ca peut vous intéresser... x