Watchtower Comics

Les comics et leur univers,
avec vous depuis 2006

Vous n'êtes pas connecté(e)
sur le site.

/ Inscription
Newsletter

Tipee
Soutenez-nous sur Tipeee !

Derniers films

Shang-Chi et la légende des dix anneaux
The Suicide Squad
Comment je suis devenu super-héros
Black Widow
Thunder Force
Wonder Woman 1984

Catégories

Le lundi c’est librairie ! #483

Le lundi c'est librairie !


Le lundi c’est librairie !

Aujourd’hui, nous vous proposons la chronique de deux albums édités par Urban Comics :

  • Batman Arkham : Poison Ivy
  • Doom patrol tome 3

 

 

Batman Arkham : Poison Ivy
Batman Arkham : Poison Ivy - Avril 2021

Urban Comics
Collection DC Nemesis

344 pages – 27.49€
Avril 2021 – Cartonné

Collectif
Collectif

Commander sur Place des libraires

Commander sur Excalibur Comics

Pamela Lillian Isley était une jeune étudiante fascinée par la botanique et la toxicologie lorsque le professeur Jason Woodrue a expérimenté sur elle des produits interdits. Devenue Poison Ivy, elle s’est lancée dans une lutte incessante contre Batman et les autorités, notamment les grands pollueurs qui mettent à mal l’équilibre écologique de la planète, et tente d’instaurer le règne incontesté du monde des plantes.
Contenu vo : Batman #181, Secret Origins #36, Legends of the Dark Knight #42-43, Batman: Shadow of the Bat Annual #3, Batman/Poison Ivy #1, Batman Chronicles #9, Batman: Gotham Knights #14-15, Batman/Poison Ivy: Cast Shadows, Joker’s Asylum: Poison Ivy #1, Secret Origins V2 #10

Après un tome consacré à Double Face,c’est au tour de Poison Ivy d’être au coeur d’un ouvrage de la collection Batman Arkham.

Le lundi c'est librairie ! Batman Arkham Poison IvyVoici le sommaire de cet album, qui part des années 60 pour arriver à une période plutôt récente :

  • 1966 : Prenez garde à Poison Ivy ! (Kanigher / Moldoff)
  • 1989 : Pavane(Gaiman / Buckingham)
  • 1993 : Effet de serre (Moore / Russell)
  • 1995 : Année un (Grant / Apthorp)
  • 1997 : La loi de la jungle (Moore / Apthorp)
  • 1997 : Fruit de la passion (Helfer / Hamner)
  • 2001 : Le pari (Dini / Del Carmen)
  • 2001 : Entre l’arbre et l’écorce (Grayson / Robinson)
  • 2004 : L’ombre d’un doute (Nocenti / Van Fleet)
  • 2008 : Déflorée (Krul / March)
  • 2015 : La justicière verte (Marx / Sejic)
  • 2007 : Les origines de Poison Ivy (Beatty / Roux)

Comme il nous l’est précisé dans l’éditorial de l’album, Poison Ivy est un personnage qui diffère de pas mal de « méchants » de l’univers de Batman. Elle a en effet été créée dans les années 60 en pleine période « campy » de Batman mais surtout elle est constamment réinventée tout en conservant l’essentiel de son concept de base.

Les récits de cet album montrent donc plusieurs aspects du personnage, en partant de sa première apparition. Ses origines, ses motivations et même son nom ont changé par la suite, et on observe un parallèle entre l’importance croissante de la défense de la nature pour Poison Ivy et la prise de conscience de plus en plus marquée de la nécessité de mener une politique écologique efficace dans le « vrai » monde.

Les épisodes sont intéressants, mettant en avant la relation compliquée entre Poison Ivy et Batman. Ce dernier doit en effet lutter contre une attirance certaine pour elle, induite ou non par les potions, phéromones ou autres artifices dont elle use pour saper la volonté des personnes dont elle croise le chemin. L’évolution du personnage, mentionnée plus haut, se fait sentir dans ces histoires où sa psychologie prend de l’épaisseur au fil du temps. En tout cas c’est toujours intéressant de voir Batman qui est loin de dominer la situation autant qu’il le souhaiterait quand Poison Ivy est dans le secteur.

Il est par contre dommage que cet album se focalise sur la relation trouble entre Batman et Poison Ivy, en occultant complètement la relation entre cette dernière et Harley Quinn. Certes, un épisode les met en scène toutes les deux mais davantage comme des bonnes copines et l’éditorial en parle, mais la relation amoureuse entre les deux femmes est une partie importante de leur évolution. Il aurait peut être judicieux de lever un peu le pied sur la relation Batman/Poison Ivy (à un moment on a envie de dire « c’est bon on a compris ») plutôt que d’occulter complètement la relation Poison Ivy/Harley Quinn à travers la sélection d’épisodes de cet album.

Le lundi c'est librairie ! Batman Arkham Poison IvyCôté graphisme, comme à l’accoutumée dans ce genre de livre anthologique nous avons droit à la prestation de différents artistes au fil des ans. Les styles évoluent, ainsi que les techniques de narration graphique, et c’est une fois de plus un voyage dans le temps qui nous est proposé avec cette succession de récits qui couvrent une période de quarante-neuf ans.

L’épisode Le pari (illustré par Ronnie Del Carmen) est particulièrement sympa en ce qui concerne son graphisme, car le style cartoony permet de faire une petite pause légère avant de poursuivre la lecture de l’ouvrage. Mais le graphisme de tous les épisodes est vraiment soigné, même si j’avoue ne pas avoir raffolé du côté un peu racoleur de l’épisode Déflorée dessiné par Guillem March.

Côté bonus, en plus de l’éditorial nous avons droit à deux fiches de personnages consacrées à Poison Ivy dans la même veine que les fameuses fiches Official handbook of the Marvel Universe de la concurrence. Outre le côté toujours intéressant des fiches de personnages, on peut donc voir l’évolution de Poison Ivy dans les contextes pré et post Crisis on Infinite Earths, le fameux récit ayant également été l’occasion de redéfinir le personnage. D’ailleurs il est amusant de constater qu’au passage Poison Ivy a gagné dix centimètres !

Un très bon album, qui offre un beau panorama du personnage mais qui malheureusement fait l’impasse sur tout un pan de son évolution


 

Doom Patrol Tome 3
Doom Patrol Tome 3 - Avril 2021

Urban Comics
Collection Vertigo Essentiels

424 pages – 35€
Avril 2021 – Cartonné

Grant Morrison
Richard Case / Collectif

Commander sur Place des libraires

Commander sur Excalibur Comics

Le pays est pris de folie tandis que Monsieur Personne se lance dans une campagne électorale surréaliste au sens propre ! Cliff Steele pense que la Doom Patrol doit agir, mais Crazy Jane n’est pas convaincue de la nécessité d’un combat. Et Rebis, que ses équipiers ont connu sous le nom de Larry Traynor, quitte l’équipe afin de préparer un mystérieux avènement dont il ne veut rien dire. Privée de deux de ses membres, la Doom Patrol semble démunie face à la folie qui se répand, et l’aide d’un certain Willoughby Kipling ne sera pas de trop !
Contenu vo : #51-63

Le lundi c'est librairie ! Doom Patrol par Morrison tome 3Toutes les bonnes choses ont une fin, et après un second tome qui avait confirmé l’excellence de la série voici venu le temps du troisième et dernier tome de Doom Patrol par Grant Morrison.

On commence donc par des épisodes qui flirtent allègrement avec le surréalisme en compagnie du très étrange Monsieur Personne et de la non moins étrange Confrérie de Dada. Grant Morrison montre une nouvelle fois qu’il est très à l’aise dans l’élaboration d’histoire très étranges, et le lecteur n’a plus qu’à se laisser porter par le courant de la folie de ces épisodes dont le propos sous-jacent est quant à lui très actuel.

Ensuite on change radicalement d’ambiance en partant dans le registre horrifique… mais pas de l’horreur gonzo avec des éviscérations à chaque page ou des zombies dévoreurs de cervelle : une horreur beaucoup plus insidieuse, lancinante même et en conséquence beaucoup plus effrayante. La lecture de l’arc concerné n’est pas recommandée le soir dans la pénombre, il y a de quoi voir des choses effrayante dans les recoins ombragés !

En fil rouge, Grant Morrison continue son entreprise de déconstruction / remodelage de la Doom Patrol au travers notamment de l’évolution de Rebis et Crazy Jane, la destinée de cette dernière clôturant l’album (en ne comptant pas l’épisode parodique donc il est question plus bas) avec une aventure mettant à mal la perception du réel par le lecteur. Il y a également des révélations plutôt audacieuses mais en même temps complètement logiques sur certains secrets de la Doom Patrol, et c’est là tout le talent de l’auteur qui nous montre à quel point sa vision est logique mais également suffisamment subtile pour avoir été sous notre nez à notre insu pendant pas mal de temps.

Ce troisième volet, qui pousse le concept de la Doom Patrol dans ses derniers retranchements, est passionnant d’un bout à l’autre. La puissance narrative de Grant Morrison, associée à un graphisme parfaitement accordé à ses histoires, agit comme un véritable aimant sur le lecteur qui se retrouve alors plongé pour une troisième et dernière fois dans un monde à la fois étrange et fascinant. Il est juste dommage que certains rebondissements soient un peu grillés pour les lecteurs ayant regardé l’excellente série télévisée Doom Patrol, au moins cela montre que cette dernière est très fidèle à son matériau d’origine.

Le lundi c'est librairie ! Doom Patrol par Morrison tome 3Le graphisme de l’album est quant à lui assuré majoritairement par Richard Case avec la participation ponctuelle de Ken Steacy et Sean Phllips. Le dessin est toujours aussi soigné, avec une parfaite restitution des ambiances des épisodes qui sont tour à tour surréalistes et horrifiques.

La force de ce graphisme, c’est de créer une impression de malaise lors de certaines scènes mais sans non plus en faire de trop en mettant des tripes et du sang partout. Il y a une volonté manifeste de retourner la tête du lecteur en l’entraînant dans des histoires déstabilisantes, mais sans non plus repeindre les murs en rouge.

Le dernier épisode de l’album est quant à lui un peu particulier : il s’agit d’une aventure du groupe Doom Force, écrite par Grant Morrison et signée par plusieurs artistes. Une postface explique plus ou moins la genèse du projet, mais même si cela n’est pas dit directement il apparait assez évident qu’il s’agissait de se moquer assez ouvertement de Marvel en général et du X-Force de Rob Liefeld en particulier. Le style graphique de ce dernier est en effet parodié en mettant en avant ses travers les plus connus, comme les pieds des personnages.

L’épisode se lit, sans être non plus inoubliable. Une fois passé le sourire lié à la parodie, l’intérêt retombe assez vite et le graphisme ressemblant très fortement à la série parodiée n’aide pas non plus à rester concentré.

Un excellent album, qui termine en beauté cette période des aventures de la Doom Patrol.


 

C’est tout pour aujourd’hui !

Le lundi c’est librairie ! vous donne rendez-vous lundi prochain pour une nouvelle chronique.

Le programme de lundi prochain sera consacré à plusieurs albums, à la semaine prochaine ! 🙂




Cet article vous a plu ? Venez nous soutenir sur notre page Tipeee !

mdata

Franck – Fondateur et rédacteur en chef de Watchtower Comics. Tombé dans la marmite des comics quand il était petit, et n’a aucune intention d’en sortir. Lecteur éclectique : Marvel, DC, indé… Kryptonite : Les figurines de Baby Groot

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ca peut vous intéresser... x