Le lundi c’est librairie ! #412

Le lundi c'est librairie !

 

Le lundi c’est librairie ! Au programme cette semaine :

  • Daredevil – L’homme sans peur (Panini Comics)
  • Marvel Two-In-One L’intégrale 1973 – 75 (Panini Comics)
  • Immortal Hulk tome 3 (Panini Comics)
  • Walking dead tome 33 (Delcourt Comics)

 

Daredevil – L’homme sans peur
Daredevil - L'homme sans peur - Janvier 2020

Panini Comics
Collection 100% Marvel

112 pages – 17€
Janvier 2020 – Cartonné

MacKay
Beyruth / Landini / Coello / Villanelli

Commander sur Place des libraires
Commander sur Bubble

Après l’accident de Matt Murdock, la ville est privée de Daredevil. Comment ce manque affecte le Caïd, Foggy et les alliés de Matt ? Est ce que Hell’s Kitchen peut se passer de l’homme sans Peur ?
(Contient les épisodes US Man without Fear (2019) 1-5, inédits)

Après la conclusion du run de Charles Soule, nous voici dans une histoire de transition qui doit préparer le terrain pour la prochaine ère de Daredevil.

Sans entrer trop dans les détails pour ne pas faire de spoiler, la conclusion saisissante de l’album précédent nécessitait de remettre un peu les choses en place pour Daredevil, et c’est Jed McKay qui s’y colle, avec plus ou moins de bonheur. L’album est en effet inégal, faisant cohabiter des choses très bien pensées et touchantes avec du tout-venant ronronnant.

La première partie de l’album est en effet très intéressante, avec une bonne mise en avant des conséquences des événements de l’album précédent. C’est malin et pas trop mal écrit, et surtout c’est encore plus touchant lorsqu’on se rend compte de l’identité de la voix off tout à la fin de cette partie. Clairement, l’album aurait gagné à s’arrêter là.

Sauf que cela continue, et là le niveau baisse carrément. Il surnage quelques idées intéressantes, mais globalement c’est monotone et on a plus souvent envie de coller un bon coup de pied au derrière de notre héros plutôt que de compatir à ce qui lui arrive. On sent presque comme une volonté de jouer la montre, en rallongeant l’intrigue plus qu’elle ne le mériterait.

Le gros problème surtout de cet album de transition, c’est que son intrigue est particulièrement réchauffée. C’est presque un passage obligé entre les périodes difficiles de la carrière de Daredevil, avec comme à chaque fois remise en question, doutes, passages oniriques en relation avec le passé… Encore une fois il y a de bonnes idées, mais c’est noyé dans un océan de redite et c’est surtout beaucoup trop long car les périodes de transitions passées étaient traitées avec beaucoup plus de concision !

Du côté du dessin, là aussi c’est assez inégal vu la succession d’artistes qui oeuvrent sur cet album. Comme pour le scénario, on est en plein dans le contexte du fill-in où des artistes qui ne figurent pas forcément parmi les plus connus viennent se faire les dents. Il y a donc des épisodes mieux dessinés que d’autres, suivant qui tient les crayons.

Un album inégal, qui souffre surtout du fait que son intrigue est vraiment lue et relue.


Marvel Two-In-One L’intégrale 1973 – 75
Marvel Two-In-One L'intégrale 1973 - 75 - Janvier 2020

Panini Comics
Collection Marvel Classic

240 pages – 35€
Janvier 2020 – Cartonné

Gerber
Kane / Buscema

Commander sur Place des libraires
Commander sur Bubble

Une nouvelle série dans la collection MARVEL CLASSIC. Retrouvez les aventures de la Chose en duo avec les plus grands héros Marvel.
(Contient les épisodes US Marvel Feature 11-12, Marvel Two In One 1-10, publiés précédemment dans les revues Les Fantastiques (Lug) 20, Marvel Mega Hors Série 23, Special Strange 1-7, Strange 106 et 2 inédits)

La série qui a fait les beaux jours de la revue Spécial Strange débarquent en Intégrale, de quoi ravir les lecteurs nostalgiques !

Après un début proposant deux épisodes de Marvel features, mettant en scène Hulk (qui n’est présent que dans cet épisode de l’album !) et Iron Man, nous entrons donc dans le vif du sujet avec une succession d’épisodes mettant en scène Ben Grimm en compagnie d’autres personnages de Marvel. Car c’est en effet le concept de Marvel-Two-In-One : la Chose faisant équipe avec tel ou tel personnage de l’écurie Marvel.

Cette succession d’épisodes, signés de plusieurs auteurs mais principalement écrits par Steve Gerber, est vraiment passionnante. On retrouve la Chose dans des ambiances vraiment très différentes, chaque personnage qu’il rencontre amenant avec lui son univers. Certes, il y a parfois quelques facilités – comme Ben Grimm qui reconnait Johnny Blaze on ne sait pas trop comment alors qu’il est en Ghost rider – mais rien qui ne vienne gâcher la lecture.

La galerie de personnages qui vient croiser le chemin de la Chose est vraiment très variée : Hulk, Iron Man, l’Homme chose, Namor, Daredevil, Captain America, les Gardiens de la galaxie, le Dr Strange, Valkyrie, Ghost rider, Thor et la Veuve noire, de quoi ne pas sombrer dans la montonie ! Et en fil rouge de ces épisodes, nous assistons à la rencontre puis à la construction de la relation entre Ben Grimm et Wundarr, l’homme-enfant venu de l’espace, ce qui apporte un côté touchant à ces histoires.

Les lecteurs de Spécial Strange seront donc en terrain connu avec ces épisodes, et ceux qui n’ont pas connu cette époque pourront ainsi découvrir des récits à la fois ancrés dans les années 1970 de Marvel mais finalement très accessibles car il y a suffisamment d’éléments au sein des histoires pour ne pas se sentir trop perdus. La lecture est très agréable, et offre un bon moment d’évasion au lecteur.

Du côté du dessin, plusieurs artistes se succèdent dans ces pages, dont Gil Kane mais aussi d’autres noms comme Sal Buscema ou encore Jim Starlin ! Le niveau est très bon, on retrouve avec plaisir un graphisme typique des années 1970 de Marvel qui a très bien vieilli. Petit bemol pour un épisode par contre, qui semble avoir été imprimé dans une résolution très inférieure aux autres.

Un excellent album, qui comblera les amateurs de comics vintage.


Immortal Hulk tome 3
Immortal Hulk t3 - Janvier 2020

Panini Comics
Collection 100% Marvel

112 pages – 17€
Janvier 2020 – Cartonné

Ewing
Bennett

Commander sur Place des libraires
Commander sur Bubble

Les masques tombent et les révélations s’enchaînent alors que l’immortel Hulk retrouve en Enfer Rick Jones, Puck et Crusher Creel. La saga encensée par la critique et le public continue de la façon la plus surprenante qui soit.
(Contient les épisodes US Immortal Hulk 11-15, inédits)

Avec ce troisième tome, Al Ewing nous propose deux histoires particulièrement intéressantes.

Tout d’abord nous retrouvons Hulk en Enfer, suite aux événements de l’album précédent. L’ambiance est résolument horrifique, l’auteur étant suffisamment malin pour ne pas sombrer dans la facilité pour montrer un Enfer trop semblable à ce qu’on a l’habitude de voir. Hulk va ensuite retrouver une vieille connaissance, et c’est là que le statut du colosse vert mais aussi de certaines de ses connaissances est radicalement altéré par une excellente idée de l’auteur.

Al Ewing, en auteur consciencieux, a bien fait ses devoir et montre une très bonne connaissance des fondamentaux du personnage : pas seulement la brute épaisse verte qui casse tout, mais bel et bien des éléments plus subtils sur la jeunesse de Bruce Banner qui ont été mis en place par des auteurs qui l’ont précédé. Tout ceci est mis au service d’une intrigue solide, où Hulk est à la fois effrayant et touchant suite à certaines révélations sur les relations compliquées entre les différentes personnalités qui se côtoient dans la psyché de Bruce Banner.

L’utilisation des codes horrifiques est la marque de fabrique de Immortal Hulk depuis le début de la série, et cet album ne fait pas exception à la règle. On se retrouve en effet encore en plein film d’horreur, avec des passages particulièrement effrayants même si c’est un peu moins graphique que dans le tome précédent qui avait été très loin. Le personnage de Hulk se prête vraiment très bien à cette ambiance, et cela contribue à donner à cette série un éclairage nouveau tout en restant dans la continuité de ce qui a été écrit auparavant.

Côté dessin, ce sont Joe Bennet, Eric Nguyen et Kyle Hotz qui tiennent les crayons et le résultat est vraiment excellent. Les trois artistes restituent parfaitement l’ambiance horrifique de l’histoire, avec des cases vraiment effrayantes et un Hulk toujours plus terrifiant.

Un excellent album, qui associe à merveille les fondamentaux de Hulk et les codes du genre horrifique.


Walking dead tome 33
Walking dead t33 - Janvier 2020

Delcourt Comics
Collection Contrebande

96 pages – 13.50€
Janvier 2020 – Souple

Robert Kirkman
Charlie Adlard

Commander sur Place des libraires
Commander sur Bubble

Sebastian Milton a tiré sur Rick Grimes. Puis il l’a achevé. Carl arrive à la demeure de son père le lendemain matin, pour le découvrir transformé en mort-vivant. Il lui met une balle dans la tête par réflexe, avant de réaliser ce qu’il a vraiment fait. Carl s’occupe de faire rapatrier le corps de son père vers Alexandria. Mais il ne voyage pas seul… Une foule très nombreuse décide d’accompagner Rick vers sa dernière demeure… Voici ce qui se passe après…

La surprise n’est pas vraiment de mise vu que les lecteurs français ont eu plus de temps que les lecteurs Américains pour s’y préparer, mais en tout cas ça y’est, on y est : c’est l’ultime album de Walking dead !

Robert Kirkman aimait à décrire sa série comme une histoire sans fin, du coup ça fait un peu bizarre de se dire que c’est terminé. Mais ce n’est pas pour autant que l’auteur a fini son travail abruptement, tout était préparé comme l’atteste le texte qui est publié en bonus.

Suite aux événements surprenants du tome précédent (sur lesquels je ne m’étends pas par respect pour les lecteurs qui n’en sont pas forcément arrivés là), l’auteur a choisi de se pencher sur le devenir de son univers narratif. Là aussi je préfère rester un peu vague pour ne pas gâcher la surprise qui ouvre l’album !

Robert Kirkman prend donc le soin de faire un dernier tour de piste en mettant en scène certaines personnes qui ont eu une importance tout au long de la vie de Walking dead, dans la plus grande tradition des séries qui s’arrêtent de façon prévue. L’auteur nous montre donc ce que devient ce monde de désolation qu’il a créé, tout en prenant soin de conserver quelques mystères qui restent volontairement non expliqués.

Une fois encore, les thématiques chères à l’auteur – comme l’importance de la famille – sont au coeur de l’intrigue de cet ultime album. L’histoire est passionnante, et regorge de passages touchants. C’est un très bel adieu à la série qui nous est offert avec ce dernier tome, qui conclut ainsi une longue aventure. Le tour de force de Robert Kirkman aura été de conserver l’intérêt du lecteur du début à la fin de sa série, et sur trente trois albums c’est loin d’être anodin !

En ce qui concerne le graphisme, une nouvelle fois le trait de Charlie Adlard (renforcé par le travail de Cliff Rahtburn) fait des merveilles pour raconter cette ultime histoire. Les personnages sont très réussis, avec un rendu très soigné de leurs visages et de leurs émotions. Le travail de l’artiste aura été d’une grande qualité tout du long de la série, se bonifiant même avec le temps car certains petits défauts initiaux ont fini par disparaitre.

Côté bonus, le sommaire de l’album est complété par pas mal de choses : un long texte de Robert Kirkman, où l’auteur exprime son ressenti sur la fin de la série, un texte de Charlie Adlard, un entretien avec Eric Stephenson (rédacteur en chef d’Image Comics) et Robert Kirkman et le projet initial de la série proposé à l’éditeur. Sans oublier les traditionnelles couvertures (en couleurs), ainsi que les fausses couvertures qui avaient été réalisées pour masquer l’arrêt de la série !

Un excellent album, qui conclut en beauté cette aventure captivante qu’aura été Walking dead.


 

C’est tout pour aujourd’hui !

Taggé , , , , .Mettre en favori le Permaliens.

A propos mdata

Franck – Fondateur et rédacteur en chef de Watchtower Comics. Tombé dans la marmite des comics quand il était petit, et n’a aucune intention d’en sortir. Lecteur éclectique : Marvel, DC, indé… Kryptonite : Les figurines de Baby Groot

2 réponses à Le lundi c’est librairie ! #412

  1. JN dit :

    Vraiment très chouette cet ultime épisode de WD avec une ambiance un peu western, un monde en phase de reconstruction, top !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.