Watchtower Comics

Les comics et leur univers,
avec vous depuis 2006

Vous n'êtes pas connecté(e)
sur le site.

/ Inscription
Newsletter

Tipee
Soutenez-nous sur Tipeee !

Derniers films

Les Nouveaux Mutants / New Mutants
Mystery Men
Rocketeer
Bloodshot
Birds of Prey

Catégories

Flashback #22

 

Flashback

 

Flashback vous propose chaque semaine la chronique d’un titre ancien, paru à une période plus ou moins reculée.

Au programme cette semaine : Spidey 77 (1986).

 

Tout comme la semaine dernière, Flashback continue son voyage dans le passé et poursuit la redécouverte des numéros de Spidey où a été publiée la série Guerres secrètes. Nous poursuivons donc la relecture de cette histoire mythique cette semaine avec la chronique d’un nouveau numéro de Spidey, où la série mythique s’achève.

 

Flashback : Spidey 77

Spidey 77
Juin 1986 – Lug

 

Les Mutants X-Men – Et le Feu du Soleil embrasa la Terre ! (Thomas / Heck)

Episode original : Uncanny X-Men #64 (1) (1970)

 

Après la conclusion de l’arc précédent, nous pouvons voir ce qu’il advient de ce pauvre Havok… ah non en fait.

En effet, le sort d’Alex Summers s’est réglé lors de la première rencontre avec un certain Karl Lykos qui a débouché sur un voyage des X-Men en Terre Sauvage. Récit publié en album en 1975 par Lug, qui n’a pas jugé bon de rééditer ces épisodes dans Spidey donc à part une allusion dans Spécial Strange 33 et l’album X-Men 4 les lecteurs non en possession de l’album étaient un peu largués.

Mais revenons à l’histoire du jour : Roy Thomas introduit le personnage de Feu du soleil, que l’on retrouvera à diverses occasions plusieurs années plus tard. L’épisode se lit plutôt pas mal, avec le grand classique du « il est pas méchant mais mal informé ». Cependant, c’est un épisode très caricatural, certes en accord avec la perception du Japon par les Etats Unis dans les années 1960 mais c’est quand même très gros sabots. Disons qu’on a connu Roy Thomas plus inspiré.

Du côté du dessin, le vétéran Werner Roth revient et curieusement cela ne se voit pas trop grâce à l’encrage de Tom Palmer qui donne un joli rendu aux planches. Néanmoins on remarque vite que côté mise en page c’est pas à la hauteur de Neal Adams !

 

Un bon épisode, assez caricatural mais dans le contexte de l’époque

 

Guerres Secrètes – Rien à craindre (Shooter / Zeck)

Episode original : Secret Wars #12 (1985)

 

Et voilà, nous y sommes : le final de Guerres secrètes, dans un épisode king-size qui explique l’absence de Puissance 4 dans ce numéro de la revue.

Mais comment peut-il y avoir une suite après le final de l’épisode précédent où tous les héros se faisaient zigouiller par un Fatalis ivre de puissance et guère enclin à laisser la fine fleur de Marvel venir lui chercher des noises ? Jim Shooter a la solution… enfin un deus ex machina qu’il sort de sa manche comme un tricheur au poker sort un as en pleine partie. En fait, ce qui est malin c’est qu’on ne sait jamais si le retour des héros est de leur fait ou bel et bien issu du subconscient de Fatalis qui rend tout ça réel avec un pouvoir qu’il ne contrôle pas vraiment.

Guerres secrètes se termine donc sur une ultime baston, puis les héros et les vilains doivent reprendre le chemin de la Terre avec des méthodes diverses et variées. La fin fait un peu « happy end » pour la plupart des personnages, un peu moins pour d’autres (avec un héros dont la suite des aventures hors-Terre est inédite en VF). Il y a quand même une réflexion sur le pouvoir absolu et le fait qu’il soit difficile à contrôler par un simple humain, soumis à sa psychologie.

Sur la longueur, que doit-on retenir de Guerres secrètes ? Tout en conservant sa patine mythique de crossover historique de Marvel, une relecture contemporaine en se détachant du prisme de la nostalgie de la lecture en mangeant des choco-BN après une journée de collège montre les faiblesses de ce récit.

Jim Shooter respecte son cahier des charges, à savoir amener plein de personnages pour se bagarrer, ce qui colle avec la vente de jouets par Mattel, mais la caractérisation de certains personnages (Wolverine entre autres) est gérée à la truelle. Néanmoins, cela reste une histoire qui se lit bien et qui conserve son pouvoir d’attraction pour les amateurs de bastons vintage.

Du côté du dessin, Mike Zeck termine en beauté sa prestation et le graphisme de l’épisode est très soigné.

Un très bon épisode, un peu facile mais un final qui tient ses promesses !

 

La couverture et les informations sur ce titre proviennent du site ComicsVF.

 

Flashback vous donne rendez-vous la semaine prochaine avec quelque chose de complètement différent, nous n’allons en effet pas embrayer sur Guerres Secrètes II !

Si ce n’est pas encore fait, vous pouvez aussi tenter votre chance à notre quiz quotidien, qui vous a proposé des questions sur les Guerres Secrètes ainsi que des questions sur Puissance 4 ! 😉




Cet article vous a plu ? Venez nous soutenir sur notre page Tipeee !

 

mdata

Franck – Fondateur et rédacteur en chef de Watchtower Comics. Tombé dans la marmite des comics quand il était petit, et n’a aucune intention d’en sortir. Lecteur éclectique : Marvel, DC, indé… Kryptonite : Les figurines de Baby Groot

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ca peut vous intéresser... x