Flashback #20

 

Flashback

 

Flashback vous propose chaque semaine la chronique d’un titre ancien, paru à une période plus ou moins reculée.

Au programme cette semaine : Spidey 75 (1986).

 

Tout comme la semaine dernière, Flashback continue son voyage dans le passé et poursuit la redécouverte des numéros de Spidey où a été publiée la série Guerres secrètes. Nous poursuivons donc la relecture de cette histoire mythique cette semaine avec la chronique d’un nouveau numéro de Spidey !

 

Flashback : Spidey 75

Spidey 75
Avril 1986 – Lug

 

Traquez les mutants ! (Thomas / Adams)

Episode original : Uncanny X-Men #58 (1) (1969)

 

Dans le numéro précédent, nous assistions au retour des Sentinelles.

L’arc se poursuit, avec la démonstration que les ennemis mécaniques des X-Men sont encore plus redoutables qu’à leur première apparition. Roy Thomas met les mutants dans une situation qui semble totalement désespérée, avec des ennemis qui semblent impossibles à vaincre. C’est d’ailleurs là qu’est mis en place ce qui deviendra une caractéristique centrale des générations de Sentinelles à venir : leur capacité d’adaptation aux pouvoirs des mutants qu’elles affrontent.

Le rythme de l’épisode reste nerveux, et en plus comme la série de récits sur les origines des X-Men est terminée nous avons davantage de pages pour l’histoire ! C’est vraiment passionnant, et donne l’impression une fois encore que les Enfants de l’atome sont entrés dans une autre ère en terme de qualité d’histoire.

On peut d’ailleurs constater en (re)lisant cette histoire avec un regard du 21e siècle qu’il y a décidément des choses qui ne changent pas au sujet de la propagande télévisée lorsque Larry Trask ment effrontément au sujet de la rébellion des premières sentinelles histoire de bien mettre l’opinion publique de son côté…

Le dessin est quant à lui assuré par Neal Adams, qui fait des merveilles une fois encore avec ses mises en pages très soignées. Le graphisme est vraiment très bon et donne un sacré coup de fouet après la routine ronronnante des prédécesseurs de l’artiste. Il convient aussi de rendre hommage à l’encrage élégant de Tom Palmer, qui sublime les planches comme à son habitude.

Un très bon épisode, au final saisissant.

 

Guerres Secrètes – Mort au Beyonder ! (Shooter / Zeck)

Episode original : Secret Wars #10 (1985)

 

Comme dans l’épisode précédent, la tension continue de monter !

Jim Shooter dévoile le plan de Fatalis, véritable vedette de l’épisode : voler l’énergie de Galactus pour affronter le Beyonder, rien que ça ! Les autres personnages, quoique présents, font un peu office de figurants tandis que Fatalis livre un combat épique après avoir acquis des pouvoirs immenses (et en profite pour adopter un style proche de celui de sa figurine Mattel, Jim Shooter est un petit malin).

Bien que toujours un rien bavard et avec des dialogues pas toujours très soignés (Wolverine restera la victime de Guerres secrètes), l’épisode est captivant et le lecteur passe son temps à se demander jusqu’où l’auteur va aller. Il faut dire qu’il n’y va pas avec le dos de la cuiller, et un passage est même plutôt… goûtu (une petite pensée pour mon estomac de collégien qui n’avait pas apprécié la surprise de tonton Jim). C’est d’ailleurs assez surprenant que l’auto-censure de Lug ait laissé passé un truc pareil, même si de toutes façons 2 pages ont déjà sauté dans cet épisode.

L’épisode est en tout cas vraiment plaisant à lire, et montre une nouvelle fois que Fatalis est vraiment la vedette de Guerres secrètes.

Le graphisme est quant à lui toujours efficace, Mike Zeck signe des planches très réussies et met très joliment en images la montée en pouvoir de Fatalis. L’artiste arrive même à conserver l’aura de mystère du Beyonder tandis que Fatalis vient l’affronter directement.

Un très bon épisode, avec un final riche en promesses pour la suite.

 

Puissance 4 – Problèmes (Simonson / Brigman)

Episode original : Power Pack #11 (1985)

 

Après la conclusion de l’arc en compagnie de Marina, voici une nouvelle épopée pour la famille Power.

Les jeunes héros de Puissance 4 sont en effet de retour dans leur cadre New Yorkais, et tandis qu’ils vont dans les égouts à la suite d’un clown doté de ballons… heu pardon d’un chaton ils vont découvrir ce qui se cache sous la ville.

Louise Simonson s’amuse en effet avec une légende urbain bien connue : la présence d’alligators dans les égouts de New York. L’épisode est donc articulé autour de l’exploration des égouts par Puissance 4, et c’est un endroit bien dangereux pour de jeunes enfants !

L’épisode est plaisant, et s’avère assez angoissant car on se demande bien comment les jeunes super-héros vont finir par s’en sortir. Les péripéties sont nombreuses, tout en restant plus terre à terre que leurs aventures précédentes. La fin de l’épisode est mystérieuse et laisse présager que ce n’était qu’une mise en bouche pour d’autres aventures souterraines.

Côté dessin, June Brigman est de retour et signe une nouvelle fois des planches très joliment illustrées. L’artiste est toujours aussi inspirée et son style colle vraiment très bien à l’ambiance de la série.

Un très bon épisode, qui s’avère assez angoissant par moments.

 

La couverture et les informations sur ce titre proviennent du site ComicsVF.

 

Flashback vous donne rendez-vous la semaine prochaine avec le numéro suivant de Spidey, et donc la suites des Guerres Secrètes !

Si ce n’est pas encore fait, vous pouvez aussi tenter votre chance à notre quiz quotidien, qui vous a proposé des questions sur les Guerres Secrètes ainsi que des questions sur Puissance 4 ! 😉




Cet article vous a plu ? Venez nous soutenir sur notre page Tipeee !

 

Taggé , , , .Mettre en favori le Permaliens.

A propos mdata

Franck – Fondateur et rédacteur en chef de Watchtower Comics. Tombé dans la marmite des comics quand il était petit, et n’a aucune intention d’en sortir. Lecteur éclectique : Marvel, DC, indé… Kryptonite : Les figurines de Baby Groot

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.