Watchtower Comics

Les comics et leur univers,
avec vous depuis 2006

Vous n'êtes pas connecté(e)
sur le site.

/ Inscription
Newsletter

Tipee
Soutenez-nous sur Tipeee !

Derniers films

Les Nouveaux Mutants / New Mutants
Mystery Men
Rocketeer
Bloodshot
Birds of Prey

Catégories

Le lundi c’est librairie ! #436

Le lundi c'est librairie !


 

Le lundi c’est librairie !

Au programme cette semaine, deux albums édités par Panini Comics :

  • Marvels : Ruines
  • Daredevil tome 1

 

Marvels : Ruines
Le lundi c'est librairie ! Marvels : Ruines - Juin 2020

Panini Comics
Collection Best Of Marvel

200 pages – 26€
Juin 2020 – Cartonné

Ellis / Baron / Nicieza / Abnett / Lanning
Nielsen / Kordey / Moeller / Martinbrough / Wakelin

Commander sur Place des libraires
Commander sur Bubble
Commander sur Excalibur Comics

Dans ce volume inédit, retrouvez les 4 épisodes de Tales of Marvels. Retrouvez aussi la mini-série Ruins de Warren Ellis qui imagine la version dystopique de Marvels. (Contient les épisodes US Ruins 1-2, Tales of the Marvels : Blockbuster, TotM : Inner Demons et TotM : The Wonder Years , inédits)

Loi de Murphy : Tout ce qui peut aller mal ira mal. C’est précisément le sujet de Ruines.

Warren Ellis prend ici ouvertement le contre-pied de Marvels : là où Kurt Busiek montrait l’apogée d’un âge merveilleux à travers le regard du journaliste Phil Sheldon, l’auteur montre au contraire une version alternative, distordue et résolument pessimiste de l’univers Marvel.

Ce récit en deux parties est particulièrement sombre, Phil Sheldon n’étant pas comme dans Marvels le témoin de l’apogée d’un âge d’or des super-héros mais plutôt d’une succession de catastrophes. On pourrait dire que Warren Ellis s’approche davantage au réel avec les conséquences d’événements bien connus de l’univers Marvel : dans la vraie vie de tous les jours, une irradiation gamma ne vous transforme pas en géant vert et une araignée radioactive ne vous fera pas monter aux murs !

Déconstruisant soigneusement tout ce que Marvels avait établi, Warren Ellis entraîne donc le lecteur dans une spirale de pessimisme de plus en plus forte mais ayant un je ne sais quoi de fascinant. C’est typiquement une lecture qui parlera vraiment à un lecteur Marvel bien imprégné de cet univers, afin d’apprécier pleinement cette déviation vers un âge de ténèbres. Cette partie de l’album est en tout cas passionnante, et même si on peut initialement regretter sa brièveté on peut aussi se dire qu’une dose plus forte de pessimisme n’est pas forcément très bon pour la santé mentale.

L’album, à la pagination plus élevée que s’il contenait simplement Ruines, contient également des récits annexes à Marvels : Tales of the Marvels. Il s’agit d’une collection d’histoires signées par différents auteurs, reprenant le même principe : assister aux événements de l’univers Marvel à travers le regard des gens « normaux ».

Les différentes histoires sont intéressantes, notamment celle qui revient sur les conséquences du combat entre le Surfer d’argent et Terrax dans un épisode des Quatre Fantastiques. On reste cependant non seulement en dessous du niveau de Ruines, mais aussi de Marvels. Cela n’est cependant pas inintéressant, mais sans la locomotive Ruines cela aurait probablement été compliqué à vendre.

Du côté du dessin, le dessin est globalement très bon, même si certaines parties sont meilleures que d’autres. Ruines, illustrée par Terese et Cliff Nielsen, est de son côté particulièrement gore par moments et fait partie des graphismes les plus réussis de l’album.

Un bon album, les récits suivant Ruines étant tout de même un bon cran en-dessous.


 

Daredevil T01
Le lundi c'est librairie ! Daredevil T01 - Juin 2020

Panini Comics
Collection 100% Marvel

120 pages – 17€
Juin 2020 – Cartonné

Zdarsky
Checchetto

Commander sur Place des libraires
Commander sur Bubble
Commander sur Excalibur Comics

Matt Murdock a échappé de justesse à la mort et sort tout juste de l’hôpital. Daredevil reprend son rôle de protecteur de Hell’s Kitchen mais à présumer de ses forces, il pourrait commettre la plus grosse erreur de sa carrière… Le début d’un nouveau run culte du héros. (Contient les épisodes US Daredevil (2019) 1-5, inédits)

Après un album (dispensable) de transition prenant la suite du run de Charles Soule, il est maintenant temps de passer à la suite !

Chip Zdarsky reprend donc les rênes des aventures de Matt Murdock, et montre un personnage empli de doutes suite à son accident. Le protecteur de Hell’s Kitchen se retrouve confronté à ses propres contradictions, qui vont l’emmener dans une direction assez inédite. Et chose assez rare de nos jours, on se prend même à trembler pour ce qui peut bien arriver au super héros au costume de diable !

Alors que les derniers runs sur le personnage montraient un Daredevil très sûr de lui, sous la plume de Chip Zdarsky il apparaît à nouveau plus humain. Sans tomber dans la facilité en repartant dans la direction de Born again, l’auteur dépeint un héros qui se retrouve dans une position assez instable et qui peut chuter à tout moment.

L’album est passionnant, avec une caractérisation très intéressante de Matt Murdock qui retombe dans certains de ses travers par moments. L’homme sans peur de Marvel n’est pas ressorti indemne de ses dernières mésaventures, physiquement et psychologiquement, et tout ceci est très bien traité au cours de cet album. Le dosage réflexion/action est en outre très bien équilibré, c’est rythmé sans être bourrin ni bavard.

Si vous avez décroché de la série avec le run de Charles Soule – personnellement j’ai beaucoup aimé ceci dit – et l’album de transition sorti juste après, n’hésitez pas à tenter votre chance avec cet album. C’est vraiment du très bon Daredevil, et même du très bon Marvel urbain. Il est en outre assez facile de raccrocher les wagons s’il vous manque des pièces du puzzle, ce qui est un plus non négligeable.

A noter la présence d’un interlude, signé Chip Zdarsky, qui raconte une brève histoire de Daredevil d’une façon très originale : en retournant chaque planche, vous pourrez retrouver la même chose mais représentée avec la perception de l’homme sans peur. C’est vraiment très bien trouvé, et ça aide le lecteur à se plonger dans la peau de Matt Murdock.

Du côté des dessins, Marco Checchetto signe des planches superbement réalisées. Le style de l’artiste colle parfaitement à l’ambiance urbaine de l’univers de Daredevil, et les scènes d’action sont très bien rendues.

Un excellent album, qui lance Daredevil sur de nouveaux rails passionnants.


 

C’est tout pour aujourd’hui !

Le lundi c’est librairie ! vous donne rendez-vous lundi prochain pour une nouvelle chronique.

Le programme de la semaine prochaine sera articulé autour de plusieurs albums, et s’il n’y a pas de changement d’ici lundi prochain il s’agira de titres récents 😉




Cet article vous a plu ? Venez nous soutenir sur notre page Tipeee !

mdata

Franck – Fondateur et rédacteur en chef de Watchtower Comics. Tombé dans la marmite des comics quand il était petit, et n’a aucune intention d’en sortir. Lecteur éclectique : Marvel, DC, indé… Kryptonite : Les figurines de Baby Groot

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ca peut vous intéresser... x