Watchtower Comics

Les comics et leur univers,
avec vous depuis 2006

Vous n'êtes pas connecté(e)
sur le site.

/ Inscription
Newsletter

Tipee
Soutenez-nous sur Tipeee !

Derniers films

Comment je suis devenu super-héros
Black Widow
Thunder Force
Wonder Woman 1984
Zack Snyder's Justice League

Catégories

Comment je suis devenu super-héros (sans spoilers)

Comment je suis devenu super-héros

 

Critique sans spoilers du film Comment je suis devenu super-héros, réalisé par Douglas Attal et sorti en 2021 sur Netflix.

Avec Pio Marmaï, Vimala Pons, Benoît Poelvoorde, Leïla Bekhti, Swann Arlaud, Clovis Cornillac, Gilles Cohen…

 

À Paris en 2020, alors que les surhommes sont désormais parfaitement intégrés à la société une mystérieuse substance donne des super-pouvoirs à ceux qui n’en ont pas. Les policiers Gary Moreau et Cécile Schaltzmann mènent l’enquête sur les incidents provoqués par cette substance, aidé par deux anciens justiciers. Mais Moreau cache un secret qui va ressurgir lors de cette enquête.

 

Comment je suis devenu super-héros



 

 

Comment je suis devenu super-héros : un polar français avec des super-pouvoirs

Dès le début du film, s’il est bien entendu question de super-pouvoirs dans une société où ils sont parfaitement acceptés on est plongés dans un registre de polar. Mais ce qui est intéressant, c’est qu’il s’agit avant-tout d’un polar à la française qui ne renie pas son identité pour tendre vers un mimétisme envers ses cousins d’outre-Atlantique. Loin de moi l’idée de crier « cocorico » en disant cela, il est plutôt question de mettre en avant le fait que les scénaristes n’aient pas cherché à faire une photocopie de film américain en adoptant des us et coutumes et des procédures qui auraient sonné faux par chez nous.

 

Comment je suis devenu super-héros

 

La composante « super-pouvoirs » de l’intrigue est quant à elle très bien intégrée, en étant le moteur de l’histoire et justifiant toute la partie « enquête » du film. Les effets spéciaux qui matérialisent les dons des personnages sont d’ailleurs très bien faits, mais on en reparle plus bas… 😉

 

Une bonne intégration des codes du genre et des influences multiples

Forcément, lorsque l’on parle de super-héros il y a des codes associés au genre. Ce qui est normal, car chaque genre a ses codes et passages obligés. Comment je suis devenu super-héros ne déroge pas à la règle et affiche une bonne utilisation des codes super-héroïques. Le cahier des charges d’une histoire de super-héros est donc respecté, avec entre autres les éléments liés à la thématique des justiciers qui se sont rangés des voitures mais pas seulement. Les scénaristes ont bien fait leurs devoirs, car tout ceci est parfaitement traité et ne sonne jamais faux.

 

Comment je suis devenu super-héros

 

Ici et là on devine quelques influences probables du film : Watchmen, Daredevil et Batman sont revendiqués par Douglas Attal mais on retrouve également des éléments qui font penser à Spider-Man (une blague amusante au détour d’un dialogue), Top ten, Alias (l’arc avec le MGH), New X-Men (l’histoire avec le kick) mais surtout Powers avec son duo d’enquêteurs sur des affaires liées aux surhommes. Le film est adapté d’un roman de Gérald Bronner que je n’ai malheureusement pas lu, donc je ne saurais dire si ces influences proviennent du roman ou si elles ont été ajoutées lors de son adaptation.

 

Un très bon casting

En tête de distribution, nous retrouvons Pio Marmaï et Vimala Pons dans le rôle des deux policiers qui mènent l’enquête. Les deux comédiens sont à l’aise dans leur rôle, et le côté torturé et décalé du premier complète très bien le côté ronchon de la deuxième. Bien entendu, on est dans le registre « buddy movie » par moments avec deux collègues qu’on force à travailler ensemble et sont comme chien et chat au début, mais c’est une recette qui a le bon goût de fonctionner grâce au talent des comédiens.

 

Comment je suis devenu super-héros

 

Du côté des anciens justiciers, Leïla Bekhti et Benoît Poelvoorde sont impeccables, avec une mention spéciale pour ce dernier qui offre une prestation époustouflante en ancien super-héros décalé sans toutefois sombrer dans l’exubérance à laquelle il nous a habitués dans certains de ses rôles. Le reste de la distribution n’est pas en reste, tout le monde tient son rôle avec justesse.

 

Comment je suis devenu super-héros : bien ficelé et bien fait

Dès le début du film, l’histoire est captivante et on se prend vite au jeu en suivant le personnage de Moreau dans son quotidien terne tandis que l’intrigue super-héroïque arrive assez vite : en parallèle d’abord, puis avec une convergence de plus en plus marquée d’éléments qui semblaient éloignés au départ. Le film bénéficie également d’un rythme efficace, jamais plombé par les passages plus calmes qui aident à poser l’histoire afin de bien en appréhender les tenants et aboutissants. Le fin mot de l’histoire est par ailleurs bien trouvé, et fonctionne bien.

 

Comment je suis devenu super-héros

 

Sur le plan visuel, comme indiqué plus haut les super-pouvoirs sont vraiment très bien représentés. Les pouvoirs présents dans le film sont bien choisis, et leur représentation permet de bénéficier de passages qui rendent vraiment très bien à l’écran. Par ailleurs, même si certains décors semblent suggérer que des choix ont été faits pour compenser les effets spéciaux ça ne fait pas cheap non plus. Dans le domaine, on est très au-dessus du fauché Invisible girl (autre film européen de super-héros) et puis on en parle des épisodes des séries de l’Arrowverse qui se passent dans des bunkers après qu’un personnage se soit envolé ou ait envoyé des lasers ? 😉 Le film bénéficie d’un visuel qui tient la route, et on ne se dit jamais que cela fait faux.

 

En conclusion

Comment je suis devenu super-héros est une très bonne surprise, avec une bonne assimilation des codes du genre sans pour autant renier son identité ni sombrer dans la repompe pure et simple. Bien fait et agréable à regarder, le film remplit son contrat de divertissement.

Le film adopte d’ailleurs ces codes en allant jusqu’à proposer lui aussi une scène post-générique, qui est bien sympa donc on reste bien jusqu’à la fin du générique !

 




Cet article vous a plu ? Venez nous soutenir sur notre page Tipeee !

mdata

Franck – Fondateur et rédacteur en chef de Watchtower Comics. Tombé dans la marmite des comics quand il était petit, et n’a aucune intention d’en sortir. Lecteur éclectique : Marvel, DC, indé… Kryptonite : Les figurines de Baby Groot

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ca peut vous intéresser... x