Superman : Red son

Pour les fiches de lecture, je sépare en deux parties : un petit résumé de ce que je pense du livre, sans aucune révélation. Pour l’article plus détaillé, donc susceptible de contenir des révélations sur l’épisode, il faudra cliquer sur le lien en bas de ce résumé.

Ecrit par Mark Millar, ce récit explore un univers né d’une idée intéressante : que serait le monde si la fusée de Superman s’était posée en URSS au lieu de le faire aux Etats Unis ? Cette histoire est particulièrement intéressante et bien écrite, montrant un monde totalement différent de l’univers DC « classique ». Le dessin est pas mal du tout et sert bien cette excellente histoire.

Tout le monde ou presque connait l’histoire de Superman : un bébé sauvé de l’explosion de son monde natal par son père qui le place dans une fusée, laquelle s’écrase aux Etats Unis et est trouvée par un couple de fermiers qui l’élèvent comme leur propre fils. Cependant, cette histoire aurait pu être bien différente.

Red Son part d’un postulat de départ plutôt intéressant : la fusée du petit Kal-El s’écrase en URSS au lieu de le faire aux Etats Unis. De ce fait, le monde devient bien différent. Millar a en plus choisi de situer cette histoire dans son contexte historique original, ce qui permet à Kal El de devenir le protégé de Staline et le champion du communisme.

Au fur et à mesure de l’avancement de l’histoire, les changements par rapport à l’univers DC classique sont de plus en plus marquées. Il faut dire qu’après un rôle plutôt passif, Superman entreprend de prendre en main le destin de son pays d’adoption, puis du monde. On croise bien sûr dans cette histoire les protagonistes habituels des aventures de Superman (Lois Lane, Perry White, Jimmy Olsen), mais aussi ses ennemis (Lex Luthor, Brainiac) ou des personnages de l’univers DC qui sont soit quasiment identiques (Wonder Woman) ou très différents (Batman).

Ce récit, magistralement écrit par Mark Millar, nous montre comment en voulant sauver le monde Superman finit par en devenir l’ennemi. Au final, le véritable héros de l’histoire devient Lex Luthor (malgré ses nombreux défauts et ses tendances criminelles). Il est intéressant de constater l’énorme influence qu’aura eu l’éducation terrienne de Kal El. Privé de l’éducation des Kent, il lui manquera la sagesse qui est la sienne dans l’univers classique et il est à la fois très naïf (faire confiance à Brainiac…) et un peu mégalomane. Confronté à ses contradictions, il finira par disparaître et laisser l’humanité évoluer sans lui. Cependant, je ne pense pas que Red Son soit un pamphlet anti-communiste, car le système en lui-même est moins remis en cause que les méthodes employées pour l’imposer.

Quant au coup de théâtre final, je ne le dévoile pas pour ne pas gâcher la lecture, mais franchement c’est un coup de génie qui m’a laissé sans voix.

Le dessin n’est pas en reste, offrant un style délicieusement rétro à cette aventure.

Un excellent récit, qui se lit avec beaucoup de plaisir et contribue à montrer que du côté de DC il y a aussi de très bonnes choses entre deux Crisis 😉

Pour marque-pages : Permaliens.

A propos mdata

Fondateur et rédacteur principal de Watchtower Comics.

5 réponses à Superman : Red son

  1. Stephane dit :

    Y’a sûrement eu un bug dans la publication.
    Ton article est posté 2 fois à la suite.

  2. Strider Tag dit :

    J’ai eu une pincement au coeur lors de la partie avec le « clone américain » de Superman, dans cette histoire …

  3. mdata91 dit :

    Stéphane : curieux, un bug de wordpress qui s’est auto corrigé vu que je vois tout normal 🙂

    Strider Tag : oui j’ai bien aimé cette partie, qui est très bien traitée.

  4. mdata91 dit :

    Ah bin j’avais pas compris où était le problème, maintenant c’est bon 🙂

  5. Ping :Superman : Red Son « Le Dino Bleu

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.