Strange 176

Comme quand j'étais môme

Après avoir évoqué un numéro de Strange datant de 1986 la semaine dernière, nous allons une fois de plus remonter le temps en nous intéressant à un numéro plus ancien de la revue.

Strange 176 a été édité par Lug en août 1984 et contient des récits signés Dennis O’Neil & Luke Mc Donnel, Dennis O’Neil & Luke Mc Donnel, Frank Miller et Bill Mantlo & Sal Buscema.

Strange 176

Août 1984…après un mois de vacances en demi-teinte, j’avais bien besoin de recharger mes batteries, et ce numéro de Strange a fait des merveilles ! Le passage de relai Stark/Rhodes, Peter Parker en prison, Daredevil avec les héros à louer aux basques et la renaissance de Rom, voilà un programme qui redonne le sourire ! 😀 J’ai vraiment beaucoup aimé ce numéro, particulièrement pour l’épisode de Rom où le spectaculaire et l’émotion étaient les ingrédients d’un cocktail plus que réussi. Ce Strange fait partie des numéros de ma collection maintes fois relus au cours des années… 🙂

L’invincible Iron Man – Et s’il n’en reste qu’un, je serai celui-là ! (Dennis O’Neil/Luke Mc Donnel)

Après un cliffhanger surprenant dans l’épisode précédent, Dennis O’Neil va jusqu’au bout de son idée : faire de Jim Rhodes le nouvel Iron Man. A notre époque, ça peut sembler banal mais à l’époque c’était une vraie petite révolution, car cela faisait un bon moment que Tony Stark gardait l’armure pour lui et cela faisait relativement peu de temps que Rhodey avait dépassé le stade du sidekick rigolo. Cet épisode est particulièrement réussi, car l’auteur a parfaitement traité cette transition : Rhodey a à la fois du mal à maitriser la puissante armure et des scrupules à endosser le rôle d’Iron Man, le fait qu’il ait un style différent de Tony Stark est montré d’emblée et la déchéance de ce dernier est bien mise en valeur. Il s’agit d’un épisode clef de la carrière d’Iron Man, et le début d’une ère qui durera pas moins de 35 épisodes.

Du côté du dessin, les planches de Luke Mc Donnel sont plutôt réussies, même si j’avoue que je ne raffole pas de l’identité graphique de la série pendant cette période.

L’Homme-araignée – Peter Parker…criminel ! (Dennis O’Neil/Luke Mc Donnel)

Dans cet épisode, Dennis O’Neil joue avec les nerfs des lecteurs en envoyant Peter Parker en prison. Dans histoire très bien construire, l’auteur nous montre comment le Tisseur s’est retrouvé piégé et a dû redoubler d’efforts pour se tirer de ce mauvais pas. Malgré un petit détail un peu gros (mais comment Tante May était-elle au courant de l’arrestation de Peter ? Il ne l’a certainement pas appelée pour lui dire vu qu’à l’époque il suffisait de la regarder fixement pour qu’elle soit à l’article de la mort…), la lecture de cet épisode est très plaisante et la conclusion bien trouvée.

Du côté du dessin, les planches de Luke Mc Donnel sont très plaisantes à regarder et donnent à cet épisode une patine nostalgique fort sympathique.

L’intrépide Daredevil – Ticket parade – 1ère partie (Frank Miller)

Dans ce court épisode de Daredevil, Frank Miller lance un nouvel arc où l’homme sans peur va se retrouver affublé de deux gardes du corps qui vont lui compliquer la vie : Iron Fist et Power Man (avec leur tenue seventies ;)). Quand on relit cet épisode avec le recul et en ayant en tête l’évolution des rapports entre Daredevil et les Héros à louer, il y a de quoi avoir un petit sourire aux lèvres… 😉 Concernant l’épisode en lui-même, c’est du Miller efficace et bien écrit, avec une intrigue qui tient la route même si ce court épisode nous laisse un peu sur notre faim.

Du côté du graphisme, on retrouve un Frank Miller inspiré avec des planches très efficacement dessinées.

Rom le Chevalier de l’espace – Quand l’union fait la force (Bill Mantlo/Sal Buscema)

Le moins qu’on puisse dire, c’est que Bill Mantlo en a fait voir de drôles au Chevalier de l’espace. Après lui avoir rendu son humanité et l’avoir amené aux portes de la mort, l’auteur lui redonne son armure de métal. Cet épisode est prodigieux à plusieurs titres : outre le fait qu’il propose une véritable renaissance du personnage, dépeinte d’une manière spectaculaire, il offre également beaucoup d’émotion à travers la conversation entre le Rom cyborg et le Rom humain (le second est le clone du premier) à propos de la notion d’humanité et une conclusion touchante. Cela permet au personnage d’enfin évoluer et d’aller au-delà de ses problèmes d’identité, car il ne se considèrait plus humain depuis la perte de son humanité des mains de Galactus. Cet épisode est très bien écrit et même s’il renferme une bonne dose d’action le dosage est juste parfait. Il s’agit véritablement de mon épisode préféré de Rom, battant d’une courte longueur son retour sur Galador avec Mentus.

Du côté du dessin, le trait de Sal Buscema est toujours aussi beau, et arrive à surpasser l’encrage d’Akin & Garvey et la censure de Lug, ce qui n’est pas une mince affaire !

Taggé , , , .Mettre en favori le Permaliens.

A propos mdata

Fondateur et rédacteur principal de Watchtower Comics.

8 réponses à Strange 176

  1. Fred le mallrat dit :

    L evolution entre Cage et la plupart des heros est assez « rigolote »… Bendis a déclaré qu ils seraient amis de longue date mais dans al plupart des rencontres (Spidey, Cap, DD..) c etait pas ce qui resortait jusque là (comme les rencontres Wolverine et les mêmes heros ou même avec Spiderwoman (mais là c etait plus soft)).
    Ce qui est rigolo avec cet episode de DD, c est de le comparer avec la version aredit publié dans un thor (avec moins de censure) un ou 2 ans plus tard. Un des rares épisodes où les lecteurs VF pouvait faire une comparaison a l’époque.

    • mdata dit :

      Il est vrai que Cage n’était pas super bien vu à ses débuts, et ça m’avait surpris de voir comment Bendis avait choisi de s’assoir dessus pour faire du personnage le ciment des héros urbains.

      Sinon c’est marrant que Aredit ait publié la même histoire que Lug. Il faudrait que je ressorte mon Intégrale Miller tiens… 🙂

  2. Pourquoi il n’y a pas de réédition de ROM ?? Je n’ai jamais réussi à lire la fin d’ailleurs….

    • Fred le mallrat dit :

      Question de Droit. C est pareil pour les micronautes qui sont aussi des jouets a la base. Marvel n a que les droits des personnages qu’ils ont crees pour la série (les spectres noirs, galador, l identité « humaine de Rom, les chevalier de l espace..) mais pas Rom lui même.
      Pareil pour Master Of Kung Fu qui n’est pas reeditable car il y amention de personnages des romans (Fu Manchu, Fah Lo Suee, Wayalnd Smith): seuls les persos Marvel sont utilisables.
      Dans le même ordre d’idee, tu ne peux plus reediter le marvel team-up de spidey avec Red Sonja ou la mini serie Xmen/Micronautes (mais Bug, lui, est un perso Marvel).

  3. Fred le mallrat dit :

    D’où l’idee de Brubaker de renommer Fu Manchu dans Secret Avengers… il redevient alors utilisable. Mais la reedition n est toujours pas possible.

  4. yep !! merci pour toutes tes réponses Fred :+)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.