Watchtower Comics

Les comics et leur univers,
avec vous depuis 2006

Vous n'êtes pas connecté(e)
sur le site.

/ Inscription
Newsletter

Tipee
Soutenez-nous sur Tipeee !

Derniers films

Les Nouveaux Mutants / New Mutants
Mystery Men
Rocketeer
Bloodshot
Birds of Prey

Catégories

Le mardi on lit aussi ! #23

Le mardi on lit aussi !


Le mardi on lit aussi ! Nouveau numéro de notre rubrique hebdomadaire, consacré à deux softcovers édités par Panini Comics.

 

Après les Avengers et l’univers cosmique la semaine dernière, on termine les softcovers de décembre avec l’univers archnéen : Spider-Man 10 et Venom 8.

 

Spider-Man 10

112 pages – 8.90€
Mensuel

Le mardi on lit aussi ! Spider-Man 10 - Décembre 2020Fin de la saga 2099, Mary Jane affronte le Vautour, Miles Morales est confronté à un dilemme impossible… et Spider-Man enregistre un podcast avec J. Jonah Jameson ! Les aventures les plus récentes du Tisseur sont ici ! (Contient les épisodes US Amazing Spider-Man 36-37, Friendly Neighborhood Spider-Man 13, Amazing Mary Jane 3 et Miles Morales : Spider-Man 11, inédits)
Commander sur Place des librairesCommander sur BubbleCommander sur Excalibur Comics

 

Amazing Spider-Man (Spencer / Bazaldua)

Avec le premier épisode de la série dans le softcover, voici le dénouement de la saga 2099… et franchement ça se résume en un mot : bof. J’ai apprécié le run de Nick Spencer, mais là ça donne vraiment l’impression de tourner en rond et de tirer en longueur. Alors certes la toute fin de l’épisode qui dévoile à quel point les personnages (et le lecteur) se sont fait bananer est intéressante, et le concept de l’appareil étrange qui se retrouve entre les mains de Spider-Man est bien trouvé, mais à part ça… c’est long et le soufflé retombe très vite.

Par contre côté dessin il y a de quoi être content. Les planches sont en effet soignées et les scènes d’action sont très bien représentées.

 

Amazing Spider-Man (Spencer / Ottley)

 

Nouvel épisode, avec la suite de l’intrigue de fond qui se développe depuis quelques épisodes. On va dire que je suis un peu remonté contre Nick Spencer (ce n’est pas le cas je précise) mais là aussi ça se traine. On trouve des éléments très sympa et l’épisode est plutôt plaisant à lire, mais l’histoire donne l’impression de faire du sur-place et c’est dommage parce qu’on sent que l’auteur a pas mal d’idées sous le coude. D’ailleurs le dénouement de l’épisode, qui va glacer les sangs des lecteurs ayant un peu de kilométrage en comics arachnéens, confirme ce sentiment. Mais Nick Spencer ferait bien de passer la seconde !

La partie graphique est quant à elle très réussie. Ca fait toujours bizarre de voir un graphisme « à la Invincible » sur Spider-Man mais ça fonctionne très bien.

 

Friendly neighborhood Spider-Man (Taylor / Lashley, Nauck)

Pour cet épisode, Spider-Man fait une nouvelle fois équipe avec les Quatre Fantastiques et se retrouve bien loin de sa zone de confort en allant faire un tour loin sous New York. L’épisode est plaisant, et c’est toujours intéressant de voir Spider-Man dans un cadre différent. Si en plus on a le droit à une dose de Fantastiques, on ne va pas s’en priver ! 🙂

Côté dessin, là aussi c’est très plaisant. Le cadre un peu étrange de l’épisode est très bien mis en images et le visuel de l’histoire renforce son côté agréable à lire.

 

Amazing Mary Jane (Williams / Gomez, Werneck)

Un nouvel épisode à l’ambiance gentiment loufoque, où Mary Jane reste la voix de la raison face à la zizanie ambiante. Leah Williams donne l’impression de beaucoup s’amuser avec son histoire toujours aussi improbable et ses personnages qui ne le sont pas moins. On s’amuse beaucoup dans cet épisode, qui est subtilement drôle sans non plus partir dans la grosse déconne façon Deadpool par exemple.

Le dessin reflète quant à lui parfaitement le côté décalé de l’histoire, mais là aussi sans en faire de trop.

 

Miles Morales : Spider-Man (Ahmed / Carlos, Guara)

 

Après un épisode au dénouement mystérieux, voici qu’on repart dans une direction plus conventionnelle. On retrouve donc Miles aux prises avec les difficultés de maintenir un semblant de vie normal en parallèle d’une carrière de super-héros, dans un épisode qui se lit très bien. On pourrait par contre regretter que justement les mystères de l’épisode précédent ne soient pas encore vraiment traités, en espérant que cela finira par venir.

Côté graphisme, il n’y a rien à redire. L’épisode est très joliment illustré, avec une belle représentation du côté bondissant de Miles.

 

Bilan : Un bon numéro, mais les épisodes de Nick Spencer tirent un peu en longueur avec une fin décevante pour l’arc 2099.

 


 

Venom 8

112 pages – 8.90€
Bimestriel

Le mardi on lit aussi ! Venom 8 - Décembre 2020Numéro anniversaire exceptionnel pour Venom qui atteint son 25eépisode et clôt la saga Venom Island ! Les aventures de Scream se poursuivent et l’angoissante mini-série Ravencroft commence. Âmes sensibles s’abstenir ! (Contient les épisodes US Venom (2018) 24-25, Scream: Curse of Carnage 3, Ravencroft 1, inédits)
Commander sur Place des librairesCommander sur BubbleCommander sur Excalibur Comics

 

Venom (Cates / Bagley)

Avec ces deux épisodes, Donny Cates termine la saga Venom Island qui aura pas mal déménagé ! On commence par résoudre le cliffhanger de l’épisode précédent, avec un petit moment où l’auteur joue avec nos nerfs mais cela ne marche qu’à moitié vu que ce n’est pas forcément compatible avec les éditos de l’inoxydable Christian Grasse ! 😉

Cette conclusion est plutôt bonne, avec des moments spectaculaires et surtout une caractérisation vraiment réussie d’Eddie Brock. Au risque de répéter souvent la même chose, le personnage n’aura jamais été aussi intéressant que depuis ces derniers mois. On peut un peu tiquer sur la façon qu’a Donny Cates de décrire les symbiotes mais on a déjà vu plus choquant en matière de retcon.

Côté graphisme, Mark Bagley est décidément en grande forme et signe de bien jolis dessins.

 

Venom (Michelinie / Lim)

C’est un petit épisode signé David Michelinie qui nous est proposé, nous replongeant dans le passé de Venom. On retrouve en effet Eddie Brock lorsqu’il pensait avoir tué Spider-Man et se trouvait sur une ile.

L’épisode est très dispensable, on appréciera (ou pas) de voir Eddie Brock en tarzan version symbiote et surtout très violent par rapport à maintenant.

Côté dessin, Ron Lim signe des planches qui font justement très 90s par moments, mais là aussi c’est pas non plus ce qu’il a fait de mieux.

 

Scream (McLeod Chapman / Mooneyham, Brown)

 

Après avoir tenté de donner sa chance à la série avec les épisodes précédents, force est de constater que Scream est le point faible du softcover. On s’y ennuie beaucoup, ça tourne en rond et les tentatives de faire peur au lecteur sont autant de pétards mouillés. L’histoire se lit, mais n’est guère intéressante et on se demande vraiment où tout ceci va aller.

Côté graphisme, ce n’est guère mieux et là aussi on essaie de faire peur au lecteur mais ça ne fonctionne pas vraiment.

 

Ravencroft (Tieri / Unzueta)

Pour terminer, voici un nouvel épisode de la série consacrée à l’Institut Ravencroft. On sent toujours cette volonté de faire de cet institut l’équivalent Marvel de l’asile d’Arkham, tandis que la présence de Norman Osborn donne plutôt l’impression de lorgner sur les Thunderbolts de Warren Ellis. Mais même en faisant le grand écart entre ces deux tendances, Frank Tieri tient bon et donne un cap cohérent à cet épisode qui s’avère très intéressant.

Le dessin n’est pas en reste, avec des planches très soignées qui reflètent bien l’ambiance de l’épisode.

 

Bilan : Un bon numéro mais Scream est le point faible du softcover.

 


 

C’est tout pour aujourd’hui !

Le programme de la prochaine édition de Le mardi on lit aussi ! sera consacré aux premiers titres de janvier. Rendez-vous la semaine prochaine !

 




Cet article vous a plu ? Venez nous soutenir sur notre page Tipeee !

mdata

Franck – Fondateur et rédacteur en chef de Watchtower Comics. Tombé dans la marmite des comics quand il était petit, et n’a aucune intention d’en sortir. Lecteur éclectique : Marvel, DC, indé… Kryptonite : Les figurines de Baby Groot

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ca peut vous intéresser... x