Watchtower Comics

Les comics et leur univers,
avec vous depuis 2006

Vous n'êtes pas connecté(e)
sur le site.

/ Inscription
Newsletter

Tipee
Soutenez-nous sur Tipeee !

Derniers films

Shang-Chi et la légende des dix anneaux
The Suicide Squad
Comment je suis devenu super-héros
Black Widow
Thunder Force
Wonder Woman 1984

Catégories

Le lundi c’est librairie ! #442

Le lundi c'est librairie !


Le lundi c’est librairie !  Au programme cette semaine, deux albums édités par Bliss Editions :

  • Valiant High
  • Livewire

Valiant High
Le lundi c'est librairie ! Valiant High - Juillet 2019

Bliss Editions
Collection Valiant

112 pages – 16€
Juillet 2019 – Cartonné

Daniel Kibblesmith
Derek Charm

Commander sur Place des libraires
Commander sur Bubble
Commander sur Excalibur Comics

Récit complet
À VALIANT HIGH, les adolescents d’aujourd’hui sont entraînés pour devenir les héros de demain. Une seule règle dans l’enceinte du lycée : pas de pouvoirs. Entre les cours, le bal de promo et la grande finale de football américain, Amanda, Faith et les autres élèves tentent d’apprivoiser leurs dons. Mais la mise en pratique pourrait bien arriver plus vite que prévu ! Une menace gronde dans les sous-sols du lycée… et le mystérieux directeur Harada aura besoin de l’aide de tous les élèves.
Contient Valiant High #1-4

Et si les personnages Valiant étaient tous élèves de lycée ?

Daniel Kibblesmith part de ce postulat à première vue improbable pour nous offrir une relecture plutôt surprenante de l’univers Valiant. Au lycée Valiant High, dirigé par un certain Harada, on croise tout aussi bien Faith que Archer, Armstrong, Livewire, Quantum, Woody ou encore Aric !

L’idée est originale, en donnant à Valiant High un petit côté X-Men (voire X-Men Evolution) avec ce postulat d’un lycée pour élèves à super pouvoirs n’ayant pas le droit de les utiliser dans son enceinte. L’ambiance fait aussi pas mal penser aux comics Archie par moments d’ailleurs.

Forcément, l’album est davantage orienté à destination des lecteurs de Valiant avec pas mal de références et de clins d’oeil vers les « vrais » personnages. Mais cela reste tout de même complètement accessible à un lecteur novice, qui ratera donc seulement les allusions en questions sans que cela ne soit préjudiciable à sa lecture. D’ailleurs, en parlant d’allusion on appréciera la petite vanne sur Veronica Mars !

L’album se lit plutôt bien, avec des petites touches d’humour bienvenue et une bonne humeur communicative. Certes, les enjeux ne sont clairement pas les mêmes que dans les titres Valiant où on trouve les « vraies » versions des personnages – même si cela peut se discuter pour Quantum & Woody – mais cette relecture est plaisante à lire et offre un petit moment de détente qui est loin d’être désagréable.

Le graphisme, signé Derek Charm, donne un côté sympathique à cet album. Le style est en effet dynamique, tirant vers le cartoony par moments, ce qui est particulièrement adapté pour raconter une histoire d’adolescents à pouvoirs dans un lycée.

Côté bonus, nous avons droit à une galerie de couvertures et d’illustrations.

Un bon album, qui offre une relecture à la fois originale et sympathique de l’univers Valiant.


Livewire
Le lundi c'est librairie ! Livewire - Juillet 2020

Bliss Editions
Collection Valiant

320 pages – 30€
Juillet 2020 – Cartonné

Vita Ayala
Raul Allen / Patricia Martin / Kano / Tana Ford

Commander sur Place des libraires
Commander sur Bubble
Commander sur Excalibur Comics

MENTOR. HÉROÏNE. ENNEMI PUBLIC NUMÉRO 1.
Lorsque le pays qu’elle servait s’est mis à tuer les psiotiques comme elle, ces individus aux pouvoirs extraordinaires, Livewire a dû faire un choix. Pour protéger les siens, elle a utilisé ses pouvoirs technopathiques pour plonger les États-Unis dans le noir et causant une catastrophe sans précédent. Considérée comme une terroriste, la voilà poursuivie sans relâche par ses anciens alliés. Ses actes font même douter celles et ceux qu’elle considère comme ses enfants. Traquée, haïe… quel genre d’héroïne Livewire peut-elle encore être ?
Vita Ayala, étoile montante des comics (Wonder Woman, Nebula), raconte la cavale de la psiotique la plus recherchée des États-Unis et sa profonde remise en question morale. Dans ce récit complet et accessible, iel s’allie aux artistes Raúl Allén et Patricia Martín (Secret Weapons, Dune), Kano (Gotham Central, Quantum and Woody) et Tana Ford (Gwenpool, Spider-man).

Psiotique, recherchée et haïe : un cocktail de choc pour une super-héroïne !

Vita Ayala nous raconte les aventures de Livewire, super-héroïne psiotique aux pouvoirs liés à la technologie, et son quotidien est loin d’être idyllique ! Livewire est en effet assez peu appréciée – et le mot est faible – depuis qu’elle a pris des mesures pour le moins extrêmes pour protéger les siens.

L’album est découpé en plusieurs parties qui forment des arcs narratifs : Fugitive, Gardienne, Championne. Nous la voyons donc tour à tour lutter pour sa survie, s’intéresser de près à un groupe de psiotiques embrigadés dans ce qui ressemble fortement à une secte ou encore se retrouver embarquée dans un conflit politique.

L’héroïne décrite par Vita Ayala est à la fois effrayante de par ses immenses pouvoirs et touchante par ses failles. Livewire est en effet hantée par ses décisions passées et traquée comme une criminelle, se remettant souvent en question. C’est aussi une femme à la personnalité bien trempée qu’il vaut mieux éviter de provoquer !

L’album est très intéressant, avec ses trois arcs complémentaires qui traitent des thématiques différentes mais convergentes. On retrouve notamment une dénonciation de l’intolérance, ainsi que des magouilles politiques qui sont malheureusement toujours fortement d’actualité.

Bourré d’action, avec des passages spectaculaires vu les étonnants pouvoirs de Livewire, l’album offre un bon spectacle au lecteur et reste accessible sans avoir forcément lu toutes les séries grâce à la magie de l’univers Valiant.

Du côté du dessin, c’est par contre un peu moins la fête. L’essentiel de l’album nous propose un graphisme soigné, sauf sa dernière partie qui par contre est un bon cran en-dessous du reste. C’est dommage, parce que du coup on referme l’album sur cette impression, alors que le reste était nettement meilleur.

Du côté des bonus, le sommaire de l’album est complété par une abondante galerie de couvertures.

Un très bon album, riche en péripéties !


 

C’est tout pour aujourd’hui !

Le lundi c’est librairie ! vous donne rendez-vous lundi prochain pour une nouvelle chronique.

Le programme de la semaine prochaine n’est pas encore arrêté, ce sera la surprise lundi prochain ! 😉




Cet article vous a plu ? Venez nous soutenir sur notre page Tipeee !

mdata

Franck – Fondateur et rédacteur en chef de Watchtower Comics. Tombé dans la marmite des comics quand il était petit, et n’a aucune intention d’en sortir. Lecteur éclectique : Marvel, DC, indé… Kryptonite : Les figurines de Baby Groot

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ca peut vous intéresser... x