Watchtower Comics

Les comics et leur univers,
avec vous depuis 2006

Vous n'êtes pas connecté(e)
sur le site.

/ Inscription
Newsletter

uTipSoutenez-nous sur uTip !

Derniers films

Dr Strange in the multiverse of madness
The Batman
Spider-Man 3 : No way home
Les Eternels
Shang-Chi et la légende des dix anneaux

Catégories

Flashback #107

 

Flashback

 

Flashback vous propose chaque semaine la chronique d’un titre ancien, paru à une période plus ou moins reculée.

Au programme cette semaine : Les Vengeurs – Le mystère de Wundagore (octobre 1982, Arédit / Artima)

 

Après un album de Captain America la semaine dernière, Flashback reste en 1982 pour vous proposer la chronique d’un autre titre dont la couverture en a fait rêver plus d’un à l’époque : Le mystère de Wundagore.

 

Flashback : Les Vengeurs - Le mystère de Wundagore

Les Vengeurs – Le mystère de Wundagore
Octobre 1982 – Arédit / Artima

 

 

Première partie : Le mystère de Wundagore (Michelinie / Byrne)

Episode VO : Avengers #185 (1979)

 

Après quelques pages servant à conclure l’épisode précédent, on entre dans le vif du sujet : Wanda et son frère Pietro, alias la Sorcière écarlate et Vif Argent dans cette traduction, sont en voyage pour enquêter sur leurs origines qui restent nébuleuses. Il faut dire qu’entre être les enfants de Whizzer & Miss America ou ceux de Django et sa femme, le lecteur ne sait plus trop où il en est !

C’est donc en Transie que les deux personnages sont en train de chercher des réponses, mais dans cet épisode les événements prennent une tournure très surprenante. La montée en tension est bien dosée, avec un mystérieux adversaire qui dévoile de nouvelles choses et une fin d’épisode un rien étrange. Une très bonne première partie, qui reste passionnante.

Le dessin de cet épisode n’est pas en reste, avec une patine classique toujours très agréable.

 

 

Deuxième partie : Wanda aux prises avec la magie (Michelinie / Byrne)

Episode VO : Avengers #186 (1979)

 

Seconde partie, où les réponses fusent mais les révélations ne sont pas toutes très agréables!

Le voile est enfin levé sur les origines des jumeaux, certes pas complètement car l’identité de leur père reste encore inconnue, mais les apparentes incohérences sont expliquées d’une façon cohérente (dire que cela sera encore revu bien des années plus tard dans un retcon…). Les événements prennent une tournure dramatique, tandis qu’un adversaire de nature mystique se manifeste et complique sérieusement la partie. A noter un interlude plutôt amusant où les Vengeurs règlent à leur façon les difficultés d’organisation avec le détestable Henry Peter Gyrich !

Ce second épisode de l’arc est vraiment passionnant, non seulement parce qu’il apporte des réponses à nos questions fébriles mais aussi parce que tout ce qui accompagne les réponses en question est particulièrement bien ficelé.

Le graphisme de l’épisode est de son côté une nouvelle fois superbement réalisé.

 

 

Troisième partie : L’étrange appel (Michelinie / Byrne)
Episode VO : Avengers #187 (1979)

 

Il est temps de conclure, avec une dernière partie où lesVengeurs jouent un rôle plus prédominant.

Les équipiers de Wanda et Pietro sont en effet venus à leur secours et se retrouvent dans un sacré pétrin tandis que Wanda est sous l’emprise de Chton. C’est l’occasion d’expliquer plus avant les pouvoirs de la super-héroïne, davantage marqués par la magie que par le passé, et de la voir une première fois possédée et se retournant contre ses amis et équipiers.

L’épisode est palpitant, tenant le lecteur en haleine de la première à la dernière page. L’intrigue est solide et bien menée, avec une conclusion poignante et une bonne utilisation des différents personnages qui sont présents.

Côté dessin, une fois encore c’est superbement exécuté avec un style reconnaissable au premier coup d’oeil et d’une efficacité indiscutable.

 

 

Ant-Man et la Guêpe défient Porc-Epic (Lee, Hart / Heck)
Episode VO : Tales to Astonish #48 (1963)

 

Pour terminer la revue, un petit épisode mettant en scène le duo Ant-Man & la Guêpe faisant face à un nouvel adversaire insolite : Le Porc-Epic.

Comme les autres épisodes de cet époque mettant en scène le duo Hank Pym / Janet Van Dyne, on reste dans un contexte très daté du point de vue des relations et caractérisations des personnages (Hank ronchon et paternaliste, Janet peste écervelée). L’épisode est tout de même sympa à lire, avec un adversaire improbable mais qui en fait voir de belles au duo de super-héros.

On ne s’ennuie donc pas vraiment avec cet épisode qui se lit plutôt bien, mais disons qu’il souffre de la comparaison avec ce qui précède !

Côté graphisme, là aussi c’est très daté mais ça reste sympathique.

 

 

La couverture et les informations sur ce titre proviennent du site ComicsVF.

 

Flashback vous donne rendez-vous la semaine prochaine avec un autre livre extrait des profondeurs des bibliothèques de la Watchtower ! 😉

 




uTip Cet article vous a plu ? Vous appréciez notre travail et vous voulez nous soutenir ?
Watchtower Comics est un site indépendant, qui vous offre depuis 2006 des contenus quotidiens sans publicité.
Si vous le souhaitez, vous pouvez nous aider à poursuivre notre activité en faisant un don sur notre page uTip !

 

mdata

Franck – Fondateur et rédacteur en chef de Watchtower Comics. Tombé dans la marmite des comics quand il était petit, et n’a aucune intention d’en sortir. Lecteur éclectique : Marvel, DC, indé… Kryptonite : Les figurines de Baby Groot

4 pensées sur “Flashback #107

  1. bonne période pour les vengeurs.
    il faut reconnaitre à Aredit que malgré leurs parutions chaotiques, ils avaient le chic pour choisir des covers qui donnent envie d’acheter le bouquin.

  2. Le truc, c’est que le système de censure était différent entre ce que Aredit et Lug (à l’époque) publiaient.
    Le système de Lug de mettre plusieurs séries dans une publication les faisaient rentrer dans une classification plus jeune (c’est pour ça qu’ils se sont mis à publier certaines séries dans leur revues spécifiques) que Aredit qui consacrait une publication par série.
    De ce fait, non seulement la censure DANS les Comics était différente, mais Aredit pouvait également mettre les couvertures originales, jugées trop « intenses » pour les « publications pour enfants » qu’étaient qualifiées les Strange, Titan et Cie…
    Une des nombreuses aberrations administratives du système de publication de Comics/BD/illustrés en France, à l’époque.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ca peut vous intéresser... x