Et si Captain America n’avait pas disparu pendant la guerre ?

Comme quand j'étais môme

Pour cette nouvelle chronique, Comme quand j’étais môme… va délaisser Lug pour aller faire un tour chez Artima.

Et si Captain America n’avait pas disparu pendant la guerre ? est sorti en mars 1984 et contient deux récits signés Don Glut, George Tuska, Roy Thomas et Herb Trimpe.

Et si Captain America n'avait pas disparu pendant la guerre .

Mars 1984…A cette époque, je commence à acheter régulièrement plus de titres, et de temps en temps j’achète des albums Aredit/Artima (mais assez rarement car ma libraire en faisait très peu). Découvrant petit à petit l’univers de Captain America, j’ai pris cette revue sur un coup de tête. J’ai beaucoup aimé la première histoire, moins la seconde (que je ne m’attendais pas à trouver dedans). Je n’ai malheureusement pas pu beaucoup en profiter, car la revue s’est volatilisée quelques mois après et je ne l’ai jamais retrouvée (j’ai acheté un autre exemplaire il y a quelques années en brocante).

Et si Captain America n’avait pas disparu pendant la guerre ? (Don Glut/George Tuska)

Dans cet épisode, Don Glut imagine ce qu’il se serait passé si Captain America et Bucky avaient pu désamorcer le fameux avion piégé de Zemo, entraînant le long sommeil du premier et la mort du second dans l’univers classique. Fidèle à la tradition de la série « Et si ? » qui illustre à merveille l’effet papillon (petit changement, grandes conséquences), on découvre donc un Captain America qui traverse les époques normalement, en vieillissant et avec son entourage qui évolue différemment. Le scénario est classique mais efficace et les changements par rapport à la continuité normale sont logiques et pertinents.

Graphiquement, c’est également très classique. Les planches de George Tuska ont pris un sérieux coup de vieux, mais cela a son charme et le rendu est plutôt sympathique.

Et si Hulk avait gardé le cerveau de Bruce Banner ? (Roy Thomas/Herb Trimpe)

Bien avant qu’il ne devienne courant de voir un Hulk parler autrement que comme un enfant, Roy Thomas se penche sur une existence différente de Hulk qui aurait gardé l’intellect de Bruce Banner. Du coup là aussi l’existence de Hulk et son univers sont grandement altérés, avec des conséquences que l’on n’imaginait pas sur d’autres personnages. Le scénario de cet épisode est assez moyen, l’idée de départ étant sommes toutes assez mal exploitée et certaines ficelles étant quand même assez grosses.

Du côté du dessin, là aussi ce n’est pas très glorieux. Herb Trimpe n’est pas très inspiré et ses planches sont assez fades…



Taggé , .Mettre en favori le Permaliens.

A propos mdata

Fondateur et rédacteur principal de Watchtower Comics.

2 réponses à Et si Captain America n’avait pas disparu pendant la guerre ?

  1. Père Huck dit :

    Je trouve que tu as la dent dure sur le What if ? Hulk.J’ai trouvé qu’il y avait des trouvailles sympas sur la réinterprétation de certaines scènes classiques de l’univers Marvel (Pas de Vengeurs , de Surfer) en remettant l’épisode à son époque , je trouve que ce n’est pas le plus mauvais What if? qui ait pu être fait.Pour Herb Trimpe , c’est vrai qu’il n’a pas livré le meilleur de lui-même sur cet épisode.

    • mdata dit :

      J’ai peut être été un peu sévère je le reconnais…il est vrai que d’autres What if sont plus mauvais, mais là je ne sais pas la mayonnaise n’a pas pris à la relecture…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.